Frenchweb recrute un chef de projet editorial et un responsable partenariats
/ InsidersActualitéBusiness

[INSIDERS] Spotify décide de retirer R. Kelly de ses playlists

#Mute: Spotify décide de retirer R. Kelly de ses playlists

La plateforme de streaming a annoncé qu’elle ne mettrait plus en avant dans ses playlists le titre du chanteur de RnB R. Kelly, en vertu de sa nouvelle charte sur les contenus et comportements haineux. R. Kelly est accusé d’abus sexuels depuis de nombreuses années, sans toutefois n’avoir jamais été condamné.

Crédit : Jamie Lamor Thompson / Shutterstock.com

Les titres du chanteur seront toujours disponibles sur la plateforme, mais ne seront plus proposés dans les playlists Spotify, comme Discover Weekly, ou dans les suggestions faites aux utilisateurs par algorithme.

Via cette nouvelle charte, Spotify se réserve ainsi un droit de modération sur la visibilité d’un artiste selon des critères sans rapport avec sa musique.

«En ce qui concerne la promotion des artistes, nous examinons les problèmes liés aux comportements haineux, où vous avez un artiste ou un créateur dont les actes ne sont pas conformes à nos valeurs, au point où nous ne souhaitons pas y être associés » a déclaré Jonathan Prince, vice-président en charge du contenu de Spotify, au site américain Billboard. « Nous avons donc décidé que dans certaines circonstances, nous pourrions choisir de ne pas travailler avec cet artiste ou son contenu de la même manière – de ne pas le programmer, de ne pas le référencer dans nos playlists, de ne pas faire de campagnes marketing avec cet artiste. »

L’affaire relance donc un débat sensible, désormais bien connu dans l’univers des plateformes : sont-elles de simples hébergeurs qui doivent respecter la libre expression ou des éditeurs responsables de la teneur des propos diffusés et / ou attitudes de leurs auteurs ? Vous avez quatre heures ;-)

#Capitalisation: Netflix au coude-à-coude avec Comcast

Lorsque Netflix s’est lancé il y a 20 ans sur le marché de la location de DVD par la poste, son principal rival était BlockBuster Video, chaîne de magasins physiques consacrée à la location VHS, DVD et jeux vidéo. BlockBuster a aujourd’hui fait faillite, et Netflix est devenu l’un des plus acheteurs et producteurs de contenus télé au monde : la société de Los Gatos, en Californie, prévoit ainsi d’investir plus de 8 milliards de dollars en contenu cette année, soit près des trois quarts de son chiffre d’affaires 2017.

Les rivaux de Netflix se nomment désormais des mastodontes historiques des médias, comme Disney, Time Warner ou Twentieth Century Fox. Aux dires mêmes de son CEO Reed Hastings, « Netflix est finalement davantage une entreprise média que Tech », forte de 125 millions d’abonnés, dont la capitalisation boursière a dépassé celles de Fox et Time Warner en 2017.

Ce 8 mai, Netflix a dépassé la valorisation de Comcast, à 142 milliards de dollars pour le géant du streaming, contre 141 milliards pour le câblo-opérateur. La conjoncture était défavorable à Comcast : en mauvaise forme depuis le début de l’année, le titre aurait aussi pâti d’une information de CNBC qui annonçait la société prête à doubler Disney, en mettant 60 milliards de dollars sur la table en cash pour racheter Fox. De son côté, l’action Netflix a bénéficié d’une drôle de rumeur, qui annonçait son rachat possible par Microsoft, que la plateforme SVOD n’a même pas cherché à démentir. Depuis, Comcast s’est rétabli aux alentours de 146 milliards de dollars, tandis que Netflix a atteint les 144 milliards de dollars.

Prochain cap ? Dépasser la valeur de Disney. Au moment où nous écrivons ces lignes, cette dernière s’élève à 154 milliards de dollars.

Voici, résumée par nos confères de Quartz, l’évolution de la capitalisation boursière de Netflix comparés à ses rivaux, média ou tech.

Source : Quartz
Source : Quartz
Source : Quartz

 

#DataBreach: une fuite a exposé les données de 3 millions d’utilisateurs Facebook

Après le scandale Cambridge Analytica, le New Scientist vient de dévoiler une nouvelle fuite des données des membres de Facebook. Cette fois-ci, elle concerne 3 millions d’utilisateurs. Il s’agit des utilisateurs de l’application de test de personnalité myPersonality.

Crédit: Shutterstock/Rawpixel.com

Que s’est-il passé ? Le magazine anglais explique que des chercheurs de l’université de Cambridge ont diffusé les données de l’application du test de personnalité via un site Web dont les dispositions de sécurité étaient insuffisantes. Au total, plus de 6 millions de personnes ont passé les tests et près de la moitié ont accepté de le faire via leur compte Facebook, exposant davantage d’informations.

Les données était sensibles et comprenaient notamment les réponses aux tests. Celles-ci devaient être accessibles de manière anonymisée mais les conditions de protection étaient si mauvaises qu’il n’était pas compliqué de les désanonymiser. De plus, pendant près de quatre ans, un nom d’utilisateur et un mot de passe permettant d’y accéder ont été disponibles via le site GitHub. Pour pouvoir se servir des données, il fallait s’inscrire comme collaborateur du projet. 280 personnes provenant de 150 institutions l’ont fait, parmi elles il y avait des chercheurs universitaires mais aussi des employés de Google, Microsoft ou encore… Facebook. Pourtant, Facebook a fini par suspendre l’application de sa plateforme le 7 avril parce qu’elle ne respecte pas ses politiques en matière de protection de données.

#Ride: votre chauffeur UberPOOL ne sera plus obligé de vous récupérer à votre adresse

Les utilisateurs d’UberPOOL, ce service qui permet de réduire le prix de sa course en partageant son trajet avec d’autres personnes, devront maintenant marcher un peu pour l’utiliser.

Crédit: Uber

En effet, les chauffeurs pourront désormais récupérer ou déposer les clients dans un rayon de 250 mètres autour de l’adresse. Cette disposition a été mise en place afin d’optimiser les temps de trajets des utilisateurs et des chauffeurs. Les trajets avec UberPool sont en moyenne 28 % moins onéreux que ceux effectués avec un UberX.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce contenu pourrait vous intéresser:

Close
Share This