ActualitéBusinessInvestissementsJeux VideoLes levées de fonds

Jeux mobiles: face à Voodoo, le Français Homa Games lève 50 millions de dollars

Avec notre partenaire Junto, spécialiste de la performance média, découvrez l'actualité des levées de fonds

Huit mois après avoir levé 15 millions d’euros en seed, la startup française Homa Games accélère en réalisant un tour de table de 50 millions de dollars en série A. L’opération a été menée par Northzone, avec la participation de Singular, King, des fondateurs de FuboTV et du family office de Daniel Ek (Spotify). Spécialisée dans le développement et l’édition d’applications mobiles de jeux vidéo, la startup se déploie sur le même marché que son compatriote Voodoo, valorisé à 1,7 milliard d’euros.

Lancé en 2018 par Daniel Nathan, Juan Jose Mostazo et Olivier le Bas, Homa Games crée et édite des applications mobiles telles que Sky Roller et NERF Epic Pranks. Depuis sa dernière levée de fonds réalisée auprès d’Idinvest Partners, d’E.ventures et OneRagtime, l’entreprise a doublé son nombre de téléchargements. Elle revendiquait en effet 250 millions de téléchargements en février dernier contre 500 millions aujourd’hui. Afin de générer des revenus, Homa Games monétise ses jeux grâce à la publicité.

L’essor des «casual games»

En 2020, le marché des jeux mobiles a fortement accéléré grâce à la pandémie. Si les consoles représentent 51% du marché total du jeu vidéo français et le PC 22,2%, l’écosystème mobile représente 27%, soit 1,4 milliard d’euros. Des revenus en progression de 16% par rapport à 2019, selon le SELL (Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs), qui s’appuie sur les données d’App Annie. Les «casual games» (littéralement les jeux occasionnels), généralement peu chronophages, à l’instar des puzzles ou des jeux d’arcade, font partie des plus téléchargés. C’est sur ce créneau que s’est spécialisé Homa Games.

Crédit : SELL.

La startup française, qui a édité 40 jeux depuis son lancement, prévoit d’augmenter son rythme en lançant 20 nouveaux jeux d’ici la fin de l’année. Pour ce faire, Homa Games compte sur ses technologies qui lui permettent d’optimiser le temps de développement des jeux. Sa technologie baptisée « Lab » permet par exemple de recenser les idées qui ont un véritable potentiel sur le marché. Les développeurs peuvent y accéder et bâtir des jeux à partir de ces idées. Ensuite, pour perfectionner le jeu, Home Games bénéficie d’une seconde technologie qui permet de tester le produit rapidement. Enfin, la startup «boost» le jeu de façon massive sur les magasin d’applications grâce au Homadata, qui regroupe une équipe de data scientists et d’ingénieurs.

Sur le marché prolifique des jeux vidéo mobiles, on retrouve le géant français Voodoo, qui a levé près de 517 millions de dollars depuis son lancement en 2013. L’entreprise parisienne a récemment annoncé l’acquisition du studio israélien Beach Bum pour s’attaquer lui aussi au marché des «casual games». Il s’agit pour Voodoo de l’acquisition la plus importante de son histoire, puisque le montant de la transaction se situerait entre 250 et 300 millions de dollars.

Homa Games : les données clés

Fondateurs : Daniel Nathan, Juan Jose Mostazo et Olivier le Bas
Création : 2018
Siège social : Paris
Secteur : jeux vidéo mobiles
Activité : création et édition d’applications mobiles


Financement : 50 millions de dollars en série A auprès de Northzone

Assiya Berrima

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA. Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Jeux mobiles: face à Voodoo, le Français Homa Games lève 50 millions de dollars
Cajoo
Carrefour s’allie à Uber Eats et Cajoo pour se lancer dans le quick commerce
Le fonds White Star Capital lève 500 millions de dollars pour se renforcer en France
BioTech : DNA Script lève 142 millions d’euros de plus pour son imprimante à ADN
Trottinettes électriques: la startup allemande Tier voit sa valorisation s’envoler à 2 milliards de dollars
Industrie: la France mise 800 millions d’euros dans la robotique pour numériser les usines
Data center: le Québec, nouvel eldorado pour les géants de la Tech?