ActualitéAsieBusinessEuropeTourismeTransport

La plateforme chinoise de VTC Caocao débarque à Paris, son premier marché étranger

La plateforme chinoise de VTC Caocao, filiale du groupe automobile Zhejiang Geely, s’est engagée jeudi sur le marché français en lançant un service test à Paris, a annoncé la société sur WeChat. Il s’agit du premier déploiement à l’étranger de l’entreprise fondée en 2015 et qui opérait jusqu’ici dans 30 villes à travers la Chine, avec 30 000 véhicules en service. Caocao a également indiqué que les chauffeurs devront détenir un permis de conduire français et passer une formation dédiée notamment à la sécurité. London Electric Vehicle Company, filiale de Geely basée au Royaume-Uni, fournira des véhicules électriques — le modèle The Electric Taxi — aux chauffeurs. Ils seront dotés d’objets tels que des parapluies ou des câbles pour smartphone.

Le déploiement de Caocao en France marque la première étape de sa stratégie de développement hors de Chine, où l’industrie des VTC est saturée et extrêmement compétitive, avec des concurrents tels que Shouqi Yueche ou le géant Didi Chuxing. Ce dernier a déjà largement enclenché son expansion internationale, notamment en 2018, où l’entreprise avait fait de ce déploiement sa priorité. Dans ce cadre, Didi Chuxing, qui a poussé Uber à abandonner ses projets en Chine en 2016, avait lancé son service au Mexique, puis en Australie mi-2018. Le pays allait alors faire office de test grandeur nature pour l’entreprise afin d’évaluer sa compétitivité sur les marchés occidentaux.

Historiquement, la Chine exerce une influence plus forte en Asie du Sud-Est et en Amérique latine, deux régions clés pour un Didi Chuxing qui vise à gagner des parts de marché en dehors de son marché domestique. Pour financer ses ambitions à l’international, le géant chinois avait levé 4 milliards de dollars en décembre 2017. Auparavant, la plateforme s’était positionnée à l’international en s’emparant de 99 Taxis, rival d’Uber aux États-Unis, et en utilisant un «modèle de franchise» pour s’installer à Taïwan en janvier. Didi Chuxing lorgnait également le marché japonais et pouvait compter sur le soutien de SoftBank pour le pénétrer. Didi Chuxing rayonne également à l’échelle mondiale au travers d’investissements dans les concurrents d’Uber, à l’image de Lyft aux États-Unis, Bolt en Europe, Careem au Moyen-Orient, Ola en Inde ou encore Grab en Asie du Sud-Est, qui a poussé la firme américaine à se retirer de la région.

Le revenu généré les services VTC en France de 2017 à 2023. Crédit: Statista (juillet 2019).

Aujourd’hui, alors que Shouqi Yueche est actif dans 130 pays, Didi Chuxing opère également au Chili, en Colombie et au Costa Rica. Mais pas en France, marché désormais investi par Caocao pour tenter de suivre cette expansion internationale. Dans l’Hexagone, le taux de pénétration des services de VTC devrait être de 12,3% en 2020 et le marché devrait générer plus de 2 milliards de dollars, pour donner un volume de marché de presque 3 milliards de dollars en 2023. Face à des acteurs en France tels qu’Uber, Kapten, Bolt, Heetch, SnapCar ou LeCab, devra proposer une offre avantageuse et attrayante pour recruter des chauffeurs.

Tags

Patrick Randall

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA. Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Un commentaire

  1. C’est la fin des taxis parisiens si le gouvernement laisse entrer caocao. LES MÉDIAS DÉFENDAIENT LES TAXIS SVP OU VRAIMENT ILS VONT BLOQUÉ LES ROUTES. ÇA DEVIENT L’ANARCHIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La plateforme chinoise de VTC Caocao débarque à Paris, son premier marché étranger
Comment Starburst Accelerator veut faire décoller les pépites du secteur aéronautique et spatial
Temasek et Trustbridge songent à mettre la main sur les activités de WeWork en Chine
[Made in Océan Indien] Qui est Talenteum, la startup mauricienne à impact social?
Les offres d’emploi de la semaine
WorkBoard lève 30 millions de dollars pour sa plateforme de gestion de projets en entreprise
[Made in Bretagne] Zoom sur l’écosystème digital breton en 2020
Copy link