ActualitéRetail & eCommerceStartup du jour

La start-up du jour : Koa Koa, des box éducatives conçues par des designers pour les enfants

Les enfants reçoivent chaque mois un colis comprenant tout le matériel pour réaliser deux activités sur un thème artistique ou scientifique comme l’espace, les couleurs primaires

  • L’entreprise de demain
Chaque jour, Frenchweb met en avant une jeune entreprise en croissance pour découvrir sa stratégie et ses objectifs de développement.

Vous avez fondé une société en croissance?  Faites vous connaître!

Frenchweb vous propose aujourd’hui de découvrir Koa Koa, une start-up française qui développe des box pour occuper les enfants. Plus de détails avec Kim Goldstein, la fondatrice.

Frenchweb : Comment avez-vous eu l’idée de votre société ?

Kim-GoldsteinKim Goldstein : Le projet a plusieurs origines:

  • la découverte il y a un an et demi du concept américain des « box créatives » que je trouvais particulièrement intelligent et pratique pour les parents ;
  • mon background personnel: mère de 2 enfants, j’étais constamment à la recherche d’activités intelligentes et esthétiques à proposer à mes enfants et je trouvais l’offre assez pauvre. Par ailleurs, étant issue d’un milieu de créatifs, j’ai réalisé la chance qu’ils avaient de pouvoir réaliser en famille des activités manuelles inventives et variées à partir de presque rien ;
  • mon expérience aux USA où les loisirs créatifs ne sont pas cantonnés à la maternelle. Ils occupent une grande place dans l’éducation parce qu’ils sont considérés comme un vecteur de transmission des savoirs mais aussi comme un support pour s’exprimer et développer son individualité. C’est là aussi que, travaillant à la production d’un journal télévisé pour enfants (pour la chaîne Nickelodeon), j’ai eu l’opportunité de collaborer avec des producteurs de talent qui abordaient tous les sujets de façon intelligente ;
  • l’emprise des nouvelles technologies dans nos vies…et le besoin de remettre un peu d’émotions dans le monde qui nous entoure… ;
  • « l’esprit Maker » (courant visant à la réappropriation des processus de fabrication par les citoyens) qui revalorise les activités manuelles et prône l’esprit d’invention.

 

C’est tout ce cheminement qui a donné naissance à Koa Koa, un abonnement mensuel à des activités manuelles pour enfants (à partir de 5 ans) à double connotation éducatives et créatives. Le principe: les enfants reçoivent chaque mois un colis comprenant tout le matériel pour réaliser deux activités sur un thème artistique ou scientifique comme l’espace, les couleurs primaires, etc. Notre approche originale ? Nos activités sont conçues par des designers de talent.

A quel besoin apportez-vous une réponse ?

Les parents débordés ont du mal à occuper leurs enfants et à l’heure du virtuel, ils recherchent des activités sans écrans. Le problème est qu’ils ne sont plus habitués à faire des choses de leurs mains. Par ailleurs, réaliser des activités manuelles demande du temps pour trouver les idées efficaces et originales, réunir le matériel…et le rendu est souvent décevant…

Koa Koa propose une offre clé en main pour réaliser en famille des projets créatifs et éducatifs conçus par des designers. Nos box occupent les enfants mais pas seulement: nos activités graphiques les éveillent au visuel et à l’esthétique. Les enfants ont par ailleurs la possibilité d’apprendre par le jeu et l’expérimentation, et bien sûr, ils découvrent le plaisir de concevoir un objet de leurs propres mains.

Qui sont vos compétiteurs ?

Il y a déjà quelques sociétés qui ont adapté le concept des « box créatives » pour le marché français comme Tiniloo ou Box Créative. Mais je considère que nous ne faisons pas la même chose : nous proposons le même service mais avons adopté un positionnement particulier en mettant la création artistique et le design au coeur de la démarche.

A quoi ou à quelles sociétés vous compare-t-on par erreur ?

Ma société est encore un peu jeune (le site est en ligne depuis à peine 3 semaines…) pour être confondue avec d’autres.

Quelle a été l’une des premières problématiques dans votre développement, et comment y avez-vous fait face ?

La première problématique a été la conception des activités. Je trouvais l’offre des créateurs du concept aux Etats Unis intelligente et pratique, mais par contre je n’adhérais pas trop à leurs produits ni à leur univers visuel. J’ai souhaité rajouter une composante visuelle et éducative forte, d’où l’idée de collaborer avec des designers. C’est actuellement Oscar Diaz, designer basé à Londres, ancien collaborateur de Matali Crasset et issu Royal College of Art (où il enseigne) qui démarre l’aventure avec nous.

Sur ce marché, quel est votre principal atout ?

Le principal atout réside dans la collaboration avec des designers qui apportent expertise et innovation. Ils ont un autre regard sur les activités manuelles, ils apportent une dimension plus « mécanique » et créent des projets intuitifs qui servent l’objectif pédagogique (mettre en valeur un lien de cause à effet, matérialiser une notion abstraite, susciter le sens de l’observation, etc.). Mais c’est aussi bien sûr l’esthétique et la durabilité. Notre point fort est d’avoir mis la création artistique au coeur du projet.

Quel est le meilleur conseil que l’on vous ait donné et par qui ?

Les meilleurs conseils me sont venus de ma famille et d’entrepreneurs: avancer dans le projet par des actions concrètes, sortir des prototypes, les tester, les présenter même s’ils sont incomplets et imparfaits. C’est en fait tout le processus de « prototypage » lié au développement de produit qui doit être appliqué de façon plus globale au lancement d’une entreprise.

Quelle est la personnalité que vous admirez le plus ?

C’est une question difficile il y en a tant… Disons Albert Einstein, l’enfant qu’on pensait autiste et qui avait des retards de language, l’anticonformiste qui a révolutionné la physique. Je l’admire pour la portée universelle de ses recherches, ses legs tant scientifiques que spirituels à l’humanité et son indépendance d’esprit.

Dans le domaine entrepreneurial : Tina Roth Eisenberg, une designer-entrepreneur suisse basée à New York qui a réussi a s’entourer d’un pool de créatifs pour monter des projets innovants dans des domaines très diversifiés (SwissMiss, TeuxDeux, Tattly, StudioMates, les « CreativeMornings », etc.).

Fondateur : Kim Goldstein

Investisseurs : N.C

Date de création : novembre 2013

Chiffres d’affaires : N.C

Société basée à : Le Pré Saint Gervais

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Concept très chouette, c’est certains, mais très proche de Macocobox (http://www.macocobox.com/) qui existe déjà depuis 2 ans : nom, baseline… je suis étonné que cette société ne soit d’ailleurs pas citée dans les « compétiteurs ».

La start-up du jour : Koa Koa, des box éducatives conçues par des designers pour les enfants
UE: Thierry Breton l’affirme, la supervision des Gafa sera du ressort de chaque État membre
Royaume-Uni: Nokia signe son premier contrat 5G depuis l’exclusion de Huawei
eSport : PandaScore lève 5 millions d’euros auprès de la FDJ, Serena et Alven
S’adapter: le maître-mot des artisans et des boutiques depuis le confinement
Cryptoactif: Bitpanda lève 52 millions de dollars auprès du fonds de Peter Thiel 
Comment Cafeyn profite de la crise pour se renforcer