ActualitéAmérique du nordChineInvestissementsTransport

Le chinois Didi Kuaidi attaque Uber sur ses terres avec Lyft

Didi Kuaidi a choisi d’appliquer la stratégie du «oeil pour oeil, dent pour dent». Le principal service de réservation de taxis en Chine, concurrencé par Uber dans son pays, a investi dans la start-up américaine Lyft, l’un des plus grands rivaux de la firme californienne aux Etats-Unis, dans le cadre d’un tour de table bouclé en mai, rapporte le Wall Street Journal.

Attaquer Uber sur son marché

Par ailleurs, d’autres grands noms de l’Internet chinois ont également participé, dont Alibaba, le géant de l’e-commerce, et Tencent Holdings, le groupe spécialisé dans les services en ligne (WeChat, WeBank…). Le montant n’est cependant pas connu.

Fondé en 2012, Lyft est un service américain de véhicules avec chauffeur qui propose à des particuliers non-professionnels de réaliser des courses. La société a également diversifié ses activités, avec par exemple le lancement de Lyft Line, une offre de covoiturage plus ou moins proche d’UberPOOL.

Présent dans plus d’une soixantaine de villes aux Etats-Unis, Lyft a levé 530 millions de dollars en mai auprès d’investisseurs privés – dont le Japonais Rakuten – pour affronter Uber et se déployer dans davantage de villes. Un tour de table complété quelques mois plus tard par une autre levée de 150 millions de dollars, notamment auprès d’Icahn Enterprises, l’entreprise de l’investisseur américain Carl C. Icahn.

Le marché chinois, priorité d’Uber

En investissant dans Lyft, Didi Kuadi compte se renforcer face à Uber en l’attaquant sur son propre marché, alors que la firme californienne a affronté l’entreprise chinoise en se lançant à l’assaut du marché chinois en 2013. Depuis, c’est la guerre entre les deux groupes. Didi Kuadi a par exemple investi plus de 100 millions de dollars pour proposer des réductions sur ses services en Chine.

De son côté, Travis Kalanick, le PDG d’Uber, a annoncé il y a quelques jours vouloir se déployer dans une centaine de villes chinoises supplémentaires, contre une vingtaine actuellement. Pour y parvenir, Uber s’est trouvé un partenaire local : Baidu, le principal moteur de recherche chinois, qui a investi dans l’entreprise l’an passé.

«Lorsque nous avons commencé cette année, nous étions environ 1% de part de marché (en Chine, ndlr). Aujourd’hui, neuf mois plus tard, nous visons environ 30% à 35% des parts de marché», a déclaré Travis Kalanick.

En attendant, Didi Kuadi, né de la fusion des deux principaux services de réservation de taxi sur mobile en Chine – Didi Dache et Kuaidi Dache -, reste le principal acteur du marché chinois. L’entreprise a levé 3 milliards de dollars dans le cadre de deux tours de tables bouclés en juillet et septembre. Parmi les investisseurs, on retrouve notamment Alibaba et Tencent.

Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This