ActualitéBusinessInvestissementsLes levées de fondsTechTelecom

Le Français Deepomatic lève 2,3 millions d’euros auprès de Swisscom et Octave Klaba (OVH)

Avec notre partenaire Junto, spécialiste de la performance média, découvrez l'actualité des levées de fonds

Alors que la Commission Européenne veut atteindre une connexion d’au moins 100 Mbit/seconde dans tous les ménages européens d’ici 2025, la startup française Deepomatic, qui accompagne notamment les opérateurs télécoms grâce à sa plateforme d’automatisation visuelle, lève 2,3 millions d’euros auprès de Swisscom Ventures, fonds d’investissement de l’opérateur national suisse, et d’Octave Klaba, fondateur d’OVH. L’entreprise avait déjà levé 6,2 millions de dollars en 2019, notamment auprès de Hi Inov et Alven, et a depuis triplé ses revenus.

Lancé en 2014 par Augustin Marty, Aloïs Brunel et Vincent Delaitre, Deepomatic a d’abord voulu devenir un «Shazam de l’image», avant de réorienter son offre à destination des entreprises en 2016 et d’enfin trouver son public. La startup est aujourd’hui spécialisée dans la reconnaissance visuelle et l’IA appliquées à des projets industriels, travaillant notamment avec Compass, Valeo, Airbus ou encore Galeries Lafayette. Sa solution permet également, par exemple, d’évaluer instantanément l’état des réseaux de télécommunications pour les opérateurs et techniciens. La startup parisienne compte parmi ses clients des opérateurs notoires tels que Bouygues Telecom ou Swisscom. Sa solution a permis d’appuyer plus d’un million d’interventions en 2020. Deepomatic ambitionne d’en réaliser plus de 2 millions en 2021.

Pour un «écosystème européen fort en matière d’IA»

« Nous estimons qu’au cours des dix prochaines années, toutes les entreprises ayant d’importantes activités sur le terrain (télécommunications, construction, infrastructures et énergie) auront recours à la reconnaissance d’images pour optimiser les processus sur le terrain, comme d’autres secteurs (services financiers, assurances, etc.) ont pu le faire avec l’automatisation des processus CRM et administratifs », commente Augustin Marty, CEO de Deepomatic. « Nous voulons participer à la création d’un écosystème européen fort en matière d’intelligence artificielle. »

Avec le soutien du fondateur d’OVH, qui a investi à titre personnel dans ce tour de table, la startup parisienne ambitionne d’accélérer notamment dans le secteur des télécoms en Europe, en faisant évoluer sa plateforme, en particulier au niveau de l’optimisation des processus et de la traçabilité des opérations.

« Il me semble essentiel d’accompagner la croissance de sociétés françaises dont les innovations de rupture ont su introduire de l’intelligence artificielle dans les opérations quotidiennes de nombreux acteurs en Europe », commente Octave Klaba. « Deepomatic a su rendre concret l’usage de l’IA et le mettre à la portée des entreprises. Je ne pouvais que les soutenir dans cette nouvelle phase de leur développement. » 

Deepomatic : les données clés

Fondateurs : Augustin Marty, Aloïs Brunel et Vincent Delaitre
Création : 2014
Siège social : Paris
Activité : reconnaissance visuelle


Financement : 2,3 millions d’euros auprès de Swisscom Ventures, fonds d’investissement de l’opérateur national suisse, et d’Octave Klaba, fondateur d’OVH.

Assiya Berrima

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA.Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Le Français Deepomatic lève 2,3 millions d’euros auprès de Swisscom et Octave Klaba (OVH)
Brevets télécoms: Ericsson et Samsung règlent un important litige
Bill.com rachète la startup Divvy pour 2,5 milliards de dollars afin de gérer les dépenses des PME
Facebook
Facebook: la suspension de Donald Trump relance le débat de l’auto-régulation des réseaux sociaux
Bouygues Telecom
5G: Bouygues Telecom va recevoir 350 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement
Twitter
Twitter lance une « boîte à pourboires » pour fidéliser les influenceurs
[BOOTSTRAP] Comment les entreprises qui bootstrappent s’adaptent elles à la crise?