Actualité

Le groupe français Technicolor veut introduire en Bourse sa pépite d’effets visuels pour se désendetter

AFP

Pour découvrir l’actualité de la FrenchTech, et les infos à ne pas manquer directement dans votre boite mail à 15h tous les jours, cliquez ici

Le groupe français Technicolor, en restructuration depuis des années, a présenté jeudi un plan pour se séparer de son activité phare de vidéo et d’effets visuels, qu’il entend introduire en Bourse afin de se désendetter. Le groupe sera divisé en deux entités indépendantes : d’une part Technicolor Creative Studios (TCS), dont 65% des parts seront distribuées aux actionnaires, et d’autre part le reste des activités (développement de modems sous marque blanche et services DVD) -qui n’a pas encore de nom, a précisé le directeur général Richard Moat, dans un entretien à l’AFP.

Ces sociétés « pourront suivre leur propre stratégie, atteindre leur plein potentiel sur leurs marchés respectifs et in fine obtenir la valorisation de marché qui correspond à leurs fondamentaux », a ajouté le vétéran anglo-irlandais des télécoms, nommé en 2019 pour mener à bien la restructuration de l’ex-Thomson Multimedia. Selon lui, la valorisation actuelle du groupe -à quelque 632 millions d’euros- est en deçà de son potentiel en raison du manque de synergies entre les activités. En sus de la publicité et des jeux vidéo, TCS, coté sur Euronext Paris, deviendra « le premier fournisseur d’effets visuels pour l’industrie du cinéma et des séries », a-t-il déclaré.

629 millions d’euros de revenus en 2021

Forte d’un carnet de commandes bien rempli, cette activité, qui a dégagé en 2021 un revenu de 629 millions d’euros, compte 10 600 employés (+35% sur un an), dont un millier en France principalement dédiés aux films d’animation. L’opération sera soumise fin juin à l’assemblée générale des actionnaires, pour une finalisation prévue à la fin du troisième trimestre 2022. Parallèlement, Technicolor va lancer un plan de refinancement de sa dette, qui atteignait plus d’un milliard d’euros fin décembre.

Le groupe va émettre 300 millions d’euros d' »obligations convertibles » (MCN) à 2,60 euros par titre, tout proche du cours actuel en Bourse (2,68 euros jeudi à la clôture de la Bourse de Paris). Ce refinancement « est soutenu par un ensemble d’actionnaires qui se sont engagés à souscrire à l’intégralité des MCN », affirme Technicolor dans un communiqué. Le groupe annonce enfin avoir reçu une « offre ferme pour la vente de ses activités de ‘Licences de marques’ (RCA et Thomson), pour un montant total en numéraire d’environ 100 millions d’euros », avec une finalisation attendue au cours du premier semestre.

Technicolor conservera dans un premier temps 35% de TCS. « L’objectif, c’est que lorsque cette participation sera vendue, la dette [des deux branches restantes] soit à zéro », a affirmé M. Moat. Le groupe a réduit sa perte en 2021 à 140 millions d’euros (contre une perte de 211 millions d’euros en 2020), pour un chiffre d’affaires de 2,9 milliards d’euros (-4%), affecté notamment par la crise des semi-conducteurs.

Bouton retour en haut de la page
Le groupe français Technicolor veut introduire en Bourse sa pépite d’effets visuels pour se désendetter
Orange : l’ère Stéphane Richard définitivement terminée
[Nominations] Figaro Classifieds, Sendinblue, Mon Petit Placement… Les nominations de la semaine
[DECODE Quantum] A la rencontre d’Anais Dreau, chargée de recherche CNRS en physique quantique
Dix ans après son entrée en Bourse, Facebook reste incontournable malgré l’image ternie
[Silicon Carne] Faire grandir la startup economy
Facebook, Amazon, Uber, Twitter… Pourquoi la Tech américaine recrute moins qu’avant ?
Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Votre adblocker bloque votre acces a FrenchWeb.Fr



Depuis 14 ans, FrenchWeb vous propose chaque jour des contenus sur la FrenchTech. Nous diffusons rarement des publicités et ne collectons pas la moindre information sans votre consentement.

Les adblockers empechent votre acces a FrenchWeb. Pour y acceder, nous vous recommandons de nous ajouter a votre liste de sites autorisés.

Merci et bon surf!

Richard Menneveux, fondateur de FrenchWeb.fr et CEO de DECODE.Media