ActualitéBusinessEuropeRetail & eCommerceTransport

Amazon investit massivement dans Deliveroo

avec l'AFP

Alors qu’Uber semblait en embuscade pour mettre la main sur le britanique Deliveroo, la société de livraison à domicile vient d’annoncer un nouveau tour de table de 575 millions de dollars, mené par Amazon.

Les investisseurs historiques T Rowe Price, Fidelity Management and Research Company, and Greenoaks maintiennent leurs positions.

Deliveroo a levé depuis sa création 1,5 milliard de dollars. Sa précédente valorisation était évaluée à plus de 2 milliards de dollars, aucune information n’a été communiqué sur celle çi lors de ce nouvel investissement.

En France, son deuxième marché après le Royaume-Uni, ses ventes ont été multipliées par 2,5 à 58 millions d’euros, avec en outre un bénéfice après impôt de 1,5 million d’euros en 2017.

Toutefois Deliveroo enregistre de sévères pertes, les derniers chiffres communiqués par la société indiquent un chiffres d’affaires de 277 millions de livres (312 millions d’euros) et une perte avant impôt de 184,7 millions de livres (207,8 millions d’euros), contre 129,1 millions de livres un an plus tôt. Deliveroo collabore dans le monde avec 50 000 restaurants et 50 000 livreurs.

Son concurrent Just Eat, coté à la Bourse de Londres depuis fin 2017, est valorisé environ 4,6 milliards de livres.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Amazon investit massivement dans Deliveroo
huawei
Loi « anti-Huawei »: les opérateurs pourront finalement réclamer des indemnisations, juge le Conseil d’État
Cooptalis: comment le spécialiste de l’expatriation a adapté son offre pour faire face à la crise
E-commerce: StockX lève 255 millions de dollars pour une valorisation à 3,8 milliards de dollars
Jeux vidéo
Gaming: le CNC consacrera 4,2 millions d’euros pour les créateurs de jeux vidéo en 2021
Fuites, piratages… : comment éviter que nos données circulent?
«Ma classe à la maison»: la plateforme du CNED de nouveau ciblée par des cyberattaques