Actualité

Loppsi: que faut-il penser d’un filtrage de sites sans juge ?

Les députés ont adoptés mercredi soir, en deuxième lecture, l’article 4 du projet de loi Loppsi permettant à l’exécutif de produire une liste noire de sites à caractère pédo-pornographique que les FAI devront filtrer. Le principe de l’intervention d’un juge, réclamé par l’opposition, a donc été rejeté.

Que faut-il penser de ce glissement de l’autorité judiciaire à l’autorité administrative ?

Quel délai d’application et quels recours ?

Faut-il craindre des dérives potentielles d’un tel système de filtrage du web ?

Réponses de Maître Emmanuel Sordet du cabinet Granrut Avocats. Un entretien réalisé hier.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Loppsi: que faut-il penser d’un filtrage de sites sans juge ?
[Made in océan Indien] La publicité digitale prend-elle le pas sur les formats «traditionnels»?
Mark Zuckerberg estime que la réalité virtuelle permettra de construire «un avenir extraordinaire d’ici 5 à 10 ans»
FinTech : pourquoi JPMorgan s’empare de la startup britannique Nutmeg
La FinTech britannique TransferWise prévoit d’entrer en Bourse sans lever de fonds
La startup française Hopium dévoile son prototype de berline à hydrogène
uber
Pourquoi une plainte visant Uber a été déposée devant la Cnil?