Actualité

Loppsi: que faut-il penser d’un filtrage de sites sans juge ?

Les députés ont adoptés mercredi soir, en deuxième lecture, l’article 4 du projet de loi Loppsi permettant à l’exécutif de produire une liste noire de sites à caractère pédo-pornographique que les FAI devront filtrer. Le principe de l’intervention d’un juge, réclamé par l’opposition, a donc été rejeté.

Que faut-il penser de ce glissement de l’autorité judiciaire à l’autorité administrative ?

Quel délai d’application et quels recours ?

Faut-il craindre des dérives potentielles d’un tel système de filtrage du web ?

Réponses de Maître Emmanuel Sordet du cabinet Granrut Avocats. Un entretien réalisé hier.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Loppsi: que faut-il penser d’un filtrage de sites sans juge ?
Cumul.io lève 3,5 millions d’euros auprès d’Axeleo Capital, LRM et SmartFin
Facebook
États-Unis: après les élections, Facebook reste confronté à la désinformation à grande échelle
Données: comment l’UE veut faire de l’Europe un centre d’innovation rivalisant avec les États-Unis et la Chine
Face à la contrefaçon, Amazon lance son programme IP Accelerator pour les PME européennes
Nicolas Brusson (BlaBlaCar) : « Le covoiturage peut absorber 90% de la demande de gare routière »
Pourquoi Dassault Systèmes met la main sur la startup américaine NuoDB