Actualité

Loppsi: que faut-il penser d’un filtrage de sites sans juge ?

Les députés ont adoptés mercredi soir, en deuxième lecture, l’article 4 du projet de loi Loppsi permettant à l’exécutif de produire une liste noire de sites à caractère pédo-pornographique que les FAI devront filtrer. Le principe de l’intervention d’un juge, réclamé par l’opposition, a donc été rejeté.

Que faut-il penser de ce glissement de l’autorité judiciaire à l’autorité administrative ?

Quel délai d’application et quels recours ?

Faut-il craindre des dérives potentielles d’un tel système de filtrage du web ?

Réponses de Maître Emmanuel Sordet du cabinet Granrut Avocats. Un entretien réalisé hier.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

1 thought on “Loppsi: que faut-il penser d’un filtrage de sites sans juge ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This