AcquisitionActualitéBusinessInvestissementsMedia

M6 met la main sur Ctzar et son réseau de 15 000 influenceurs internationaux

Rares sont les marques qui peuvent aujourd’hui se passer du marketing d’influence. Il n’est donc pas étonnant que la régie publicitaire du groupe M6 choisisse de se renforcer dans ce domaine. Pour cela, le groupe annonce avoir mis la main sur l’agence Ctzar avec une prise de participation majoritaire dans le capital de la société.

Fondé en 2008 par Thomas Silve et Camille Olivier, Ctzar revendique un réseau international de 15 000 influenceurs et opère dans plus de 20 pays.

Longchamp, Sandro, Playstation…

Sur son site Internet, Ctzar cite des marques comme Longchamp, Sandro, Playstation ou encore Nina Ricci Fragrances parmi ses clients, pour une approche multisectorielle (luxe, beauté, mode mais également vins et spiritueux, high-tech, automobile…).

L’agence propose donc de la conception de campagnes d’influence sur-mesure et s’appuie également sur une plateforme technologique appelée « Sociaddict ». Celle-ci propose de l’analyse de la base de données des influenceurs Ctzar pour piloter les résultats des campagnes. Avec cette acquisition, le groupe de Nicolas de Tavernost espère naturellement « renforcer sa présence » dans le marketing d’influence et « enrichir sa palette de solutions ».

Innocentia Agbe

Journaliste chez FrenchWeb / Le Journal des RH - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
M6 met la main sur Ctzar et son réseau de 15 000 influenceurs internationaux
Investissement locatif: la PropTech lilloise Brik lève 1,5 million d’euros
Marketing : ADLPerformance met la main sur la startup Reech pour investir le marché de l’influence
discord
Discord lève 500 millions de dollars et double sa valorisation
A la rencontre de Michel Meyer, Technical Program Manager pour Facebook, basé à San Francisco
[Silicon Carne] Creation economy: comment l’industrie de la création fait sa révolution
Picnic lève 600 millions d’euros pour prendre le marché de la livraison à contrepied