ActualitéBusinessCorrespondantsHealthcareIndustrieMarseilleTech

[Made in Aix-Marseille] L’actualité du mois avec ZEI et l’écosystème Kedge

Par Audrey Debraine, correspondante FrenchWeb

De la start-up Zei, en passant par Le lieu du mois Kedge, tour d’horizon de l’actualité économique et digitale avec Audrey Debraine, correspondante FrenchWeb à Aix-Marseille.

La startup du mois : ZEI

Audrey Debraine, correspondante FrenchWeb: Pouvez-vous vous présenter et décrire votre parcours ?

Noel Bauza, fondateur de Zei: Je suis Noel Bauza, fondateur de Zei (premier accélérateur d’écologie). Passionné de sciences et technologie, j’ai pris conscience depuis longtemps de l’urgence de répondre aux problématiques environnementales, mais aussi de l’inefficacité des incitations actuelles : l’écologie est peu fun, valorisée et récompensée, donc perçue comme une contrainte, comme un sacrifice en temps ou en argent.

J’ai donc réfléchi à un moyen de changer cette approche à l’écologie pendant mes études en école de commerce, et une fois diplômé, je me suis lancé dans l’aventure Zei, une startup qui regroupe maintenant 15 salariés et associés.

Quel est le concept de ZEI ?

Zei regroupe 2 activités, l’une pour les particuliers, et l’autre pour les entreprises.

Zei rend l’action environnementale sociale, valorisée et récompensée pour le particulier, en utilisant les mécanismes de la gamification, du reward et des réseaux sociaux. Concrètement, Zei référence des centaines de solutions environnementales pour permettre à chacun de découvrir comment être plus green au quotidien, et chaque action (achat de produit ou service vert, don associatif, bénévolat) est automatiquement récompensée avec des points qui se convertissent en cadeaux (massages offerts, places de cinéma ou de festival,…). Les actions sont aussi valorisées sur les profils Zei des utilisateurs avec leur rangs, badges, levels et positions dans les classements.

Zei simplifie et valorise également l’engagement environnemental des entreprises sur des profils publics intelligibles, complets et transparents. Cela permet au public de comprendre simplement ce que fait l’entreprise sur la thématique environnementale, mais aussi les solutions restant à adopter en fonction de son activité. Plutôt qu’un label ou une note (qui sont en général opaques), ces profils permettent de comprendre en détail les engagements (% d’adresses alimentées en énergie verte, % des bureaux équipés de borne de recyclage, si un restaurant propose une option végétarienne, % des véhicules d’une marque qui sont électriques…).

Toutes ces données sont vérifiées et certifiées, et ces profils sont gratuits pour les marques. Les premiers profils pilotes devraient sortir cet été. Et comme pour les particuliers, un algorithme proposera des solutions sur mesure comme un conseiller en RSE automatisé.

Quelle est votre vision de la responsabilité écologique, et quels sont ses enjeux ?

L’action environnementale n’est pas une option, c’est une nécessité pour assurer la survie de notre civilisation dans les prochaines décennies, mais cela est complexe d’en faire une priorité dans son quotidien ou celui d’une entreprise. En effet, ses conséquences ne sont pas immédiates, personnelles ou émotionnelles. C’est la raison pour laquelle nos sociétés sont conscientes de l’urgence d’agir, mais que l’action concrète reste encore rare depuis 50 ans. L’enjeu est donc de trouver des mécanismes pour rapprocher l’écologie de la société, plutôt que de rapprocher la société de l’écologie. Et c’est exactement ce qu’on compte faire chez Zei !

A qui s’adresse la plateforme ?

La plateforme s’adresse :

  • au grand public car elle permet d’économiser de l’argent en passant aux alternatives vertes
  • aux entreprises qui proposent des solutions pour qu’elles les référencent sur la plateforme
  • plus globalement à toute entreprise souhaitant valoriser ses engagements environnementaux, ou avoir des suggestions gratuites pour compléter son action.

Quel est votre business model ?

Nous avons différentes sources de revenus, mais la principale est l’affiliation pour les vendeurs de produits ou services (B2C et B2B) à qui nous apportons une nouvelle demande.

Quel premier bilan tirez-vous de votre activité depuis le lancement en 2017 ?

Après 1 an de béta, nous constatons que jouer sur les mécanismes émotionnels est très efficace pour inciter à l’action environnementale : les jeunes pour la gamification et l’aspect réseau social, les adultes pour les récompenses. L’aspect financier est aussi très important : les solutions qui fonctionnent le mieux sont celles qui font économiser. On a constaté qu’il y avait un a priori comme quoi les solutions vertes seraient plus coûteuses, donc une fois que l’utilisateur découvre que ce n’est pas toujours le cas, il perd ces réticences.

Nous avons également réalisé plusieurs opérations d’influence qui se sont avérées très efficaces pour mobiliser le public. La dernière en date a été une opération réalisée avec la Section Paloise : chaque point marqué permettait de planter 10 arbres, et 1 arbre de plus était financé tous les 10 retweets de l’opération. L’opération a eu un reach organique de 11 millions de personnes, et près de 2000 arbres ont été financés en 1 journée ! Nous allons donc continuer à développer des opérations de ce type pour démocratiser l’écologie (nous avons d’ailleurs créé un classement dédié aux influenceurs).


Enfin, plus on avance, plus on se rend compte du potentiel de ce qu’on développe pour les marques. L’engagement environnemental ne pourra se développer chez les marques que s’il existe des moyens pour le valoriser de manière simple et transparente. Je suis vraiment confiant sur la pertinence des profils et outils pour entreprises que l’équipe est en train de développer !

En savoir plus

Le lieu du mois : KEDGE

Rencontre avec Feyrouz Tripotin, Responsable des incubateurs, et Quentin Dumontet, Responsable Entrepreneuriat chez KEDGE.

Audrey Debraine, correspondante FrenchWebKEDGE Entrepreneurship, en quelques lignes ?

Feyrouz Tripotin etQuentin Dumontet: KEDGE Entrepreneurship est une structure regroupant toutes les initiatives et dispositifs d’accompagnement à la création d’entreprise au sein de KEDGE BS.
Avec plus de 30% des jeunes de 18 à 35 ans souhaitant créer une startup en France, plus de 400 candidatures pour intégrer la Kedge Business Nursery, l’incubateur et près de 300 élèves présents dans les dispositifs entrepreneuriaux (formations, accompagnements, associations, certificats) nous avons dû nous structurer pour offrir des services de qualité aux étudiants et diplômés de KEDGE ayant la volonté de tenter l’aventure entrepreneuriale.


KEDGE Entrepreneurship se différencie des acteurs privés de l’accompagnement de startups. Notre équipe est composée d’opérationnels, de professeurs, de coachs, d’entrepreneurs avec la particularité d’être répartis sur nos 4 campus, Marseille, Bordeaux, Paris et Toulon.
Nous sommes 4 personnes impliquées à temps plein sur le projet, Diane, en charge du développement de l’incubateur de Bordeaux et de l’animation de l’espace de coworking, Sébastien, responsable communication sur l’entrepreneuriat et chief happiness Officer du coworking Daniel Carasso sur Marseille, Feyrouz, startups program manager tous campus (incubation & accélération) et Quentin, responsable entrepreneuriat dont la mission est de structurer et développer l’entrepreneuriat au sein de KEDGE BS.

Pouvez-vous nous présenter Kedge en quelques dates et chiffres clés ?

KEDGE Business School est née en juillet 2013 de la fusion entre Bordeaux Ecole de Management et Euromed Marseille, institution regroupant aujourd’hui plus de 12 000 étudiants, 60 000 Alumni sur 7 Campus en France et 3 à l’international (Bordeaux, Marseille, Toulon, Paris, Suzhou, Shanghai, Dakar ainsi que Bayonne, Bastia et Avignon en campus associés). KEDGE propose plus de 36 formations et dispose de 3 Centres d’Excellence et 5 Expertises dont fait partie l’entrepreneuriat.

Kedge va ouvrir son espace de coworking, à qui s’adresse-t-il et quelles sont ses spécificités ?

KEDGE ouvre en effet des espaces dédiés à l’entrepreneuriat sur ses campus. Dans un premier temps en 2017 à Marseille avec 500 m² grâce notamment à un don de la Fondation Daniel CARASSO, nom du fondateur de Danone et diplômé de l’école de commerce en 1926. Nous inaugurerons également à la rentrée 2018 un espace de 300 m² à Bordeaux, puis un lieu de coworking de dimensions similaires sur notre nouveau campus parisien. Ces espaces sont indispensables pour favoriser le partage d’expériences et de compétences entre les startups, les professionnels et les étudiants afin de créer une communauté d’entrepreneurs. Nous accompagnons en effet aussi bien des étudiants que des diplômés, créateurs confirmés et entreprises sur des sujets d’entrepreneuriat et d’innovation. Nous couvrons ainsi différents besoins à travers des formations dédiées (du Bachelor au MBA), des dispositifs d’aide à la création (de la pré-incubation, incubation à l’accélération) et enfin en intervenant sur des projets de grands groupes (missions mixant salariés, étudiants, startups, professeurs et coaches). La richesse naturelle de notre écosystème et son animation font de notre institution un véritable catalyseur de talents sur nos territoires.

D’autres dispositifs accueillent les futurs et actuels entrepreneurs, notamment l’incubateur et l’accélérateur, pouvez-vous nous en dire plus ?

Nous proposons en effet différents dispositifs d’accompagnement à la création en fonction de la maturité des projets. Le premier étant le « Pro Act », basé sur la pédagogie par l’action qui permet d’impliquer des étudiants sur plus de 150 projets entrepreneuriaux par an. L’incubateur « KEDGE Business Nursery » accompagne quant à lui cette année 70 projets d’étudiants et diplômés au stade de l’idée jusqu’à la création et à la première levée de fonds. Le « KEDGE Business Accelerator » permet enfin d’accueillir et conseiller une dizaine de startups plus matures sur des problématiques de financement, de développement national ou international.

Ces dispositifs s’appuient sur l’expertise de nos enseignants chercheurs, coachs, cabinets spécialisés et partenaires entreprises. Au total, ce sont plus de 400 dossiers de candidatures pour intégrer la KEDGE Business Nursery, plus de de 300 rendez-vous conseil, 60 workshops/conférences et 30 mises à disposition des espaces de coworking pour des entreprises réalisées par an.

Quelles sont les thématiques ou types de projets accueillis dans ces structures ?

Les projets ou startups accueillis sont de natures très variées, mais l’innovation et la volonté d’engagement sont les principales lignes directrices des étudiants et entrepreneurs. Alors que plus de 60% des étudiants déclarent souhaiter créer ou travailler dans une startup, la volonté de développer une startup autour de leur passion ou la quête de sens sont bien souvent les principaux moteurs de la création. A titre d’exemple nous accompagnons des projets à impact social tels que Zei (réseau incitant les comportements responsables) ou encore GEEV (appli de don et récupération d’objets). D’autres comme Telaqua (optimisation de la consommation d’eau) ou Knock (assistant de recherche de biens immobiliers) misent sur l’intelligence artificielle et sont présents lors de Salons référents comme CES de Las Vegas ou VivaTech.

Quelles sont vos actualités à venir ?

Comme précisé, KEDGE se développe rapidement sur l’entrepreneuriat ce qui nous a d’ailleurs permis d’être classé par Forbes en mars 2018 dans le Top 10 dans ce domaine parmi des Business Schools en saluant « un grand élan entrepreneurial ». Parmi nos sujets du moment nous avons inauguré avec AGIPI en mai une Chaire intitulée « Les indépendants et les nouvelles formes d’entrepreneuriat » et signé un partenariat cadre avec Airbus Helicopters sur des missions d’innovation et d’intrapreneuriat. D’autres projets structurants sont en cours comme le lancement de KEDGE Business Angels en juin (réseau de diplômés financeurs), le déploiement d’offres et locaux sur Bordeaux, Paris et Dakar dès la rentrée 2018, ainsi que le lancement d’une offre d’accompagnement aux startups dématérialisée pour les étudiants en échange à l’étranger ou nos diplômés expatriés, disponible en 2019.

En savoir plus :

KEDGE Entrepreneurship 

KEDGE Business Nursery 

KEDGE Business Accelerator 

 

La correspondante:

Audrey

 

Audrey Debraine est Responsable Lab France chez StarDust.

Tags

Les correspondants

Les correspondants des Frenchweb en France et à l'international

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This