ActualitéAsieMarketing & CommunicationRetail & eCommerce

Messagerie instantanée : Line se lance dans la vente-flash

A partir du mois de juin, les Taïwanais seront démarchés directement sur le service de messagerie instantanée japonais.

Le japonais Line, créateur du service de messagerie instantané éponyme va lancer à Taïwan un programme pilote le 10 juin: l’accueil de ventes flash pour des marques grand public. Les utilisateurs taiwanais de Line vont pouvoir ajouter un compte officiel baptisé »Line Flash Sale » à leur liste de contacts, ce qui leur donnera accès à des ventes exclusives sur la plate-forme. Les premiers produits référencés seront des cosmétiques et des chaussures de sport.

Les ventes flash déjà expérimentées sur WeChat

La construction de la plate-forme de commerce mobile a été réalisée par l’e-commerçant taïwanais Uitox, suite à un partenariat conclu au début de l’année. Taïwan est la deuxième zone géographique dans laquelle Line expérimente les ventes flash sur mobile: le japonais avait déjà lancé une initiative similaire en Thaïlande fin 2013.

En Asie, les ventes flash en ligne se développent de plus en plus. Elles permettent aux marques une approche directe des prospects, une réduction des frais de stockage et de distribution. Line compte 400 millions d’utilisateurs à travers le monde dont 49 millions au Japon, 20 millions en Thaïlande et 17 millions à Taïwan. Le japonais n’est pas le seul service de messagerie instantanée sur mobile à tester les ventes flash. Tencent, via son application WeChat au 396 millions d’utilisateurs actifs, l’a déjà fait en Chine.

Bouton retour en haut de la page
Messagerie instantanée : Line se lance dans la vente-flash
Que propose Google pour remplacer les cookies publicitaires?
[Série B] IA: InstaDeep lève 88 millions d’euros auprès du laboratoire allemand BioNTech
Pourquoi Starlink, le service internet par satellite d’Elon Musk, n’a plus qu’une seule station en France
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs