ActualitéBusiness

Microsoft s’offre officiellement Skype pour 8,5 milliards de dollars

Microsoft vient d’annoncer officiellement avoir finalisé le rachat de Skype pour un montant total de 8,5 milliards de dollars (plus de 6 milliards d’euros). Cette transaction, initiée en mai dernier, intervient seulement deux jours après que la commission européenne ait validé ce transfert.

Le communiqué de presse diffusé tardivement hier soir titrait: « Microsoft Officially Welcomes Skype ». La firme de Redmond peut donc enfin se targuer de détenir l’un des majors mondiaux de la voix IP.

Tony Bates, ancien PDG de Skype prendra ses fonctions en tant que directeur de la nouvelle division de Microsoft et sera sous les directives de Steve Ballmer. Selon Bates, cette transaction permettrait à Skype d’enregistrer à l’avenir « 1 milliard d’utilisateurs chaque jour ».

Les produits Skype continueront, eux, à être proposés en totale autonomie et seront gérés depuis les différents bureaux de Skype établis en Europe, en Asie et aux Etats-Unis. Dans un avenir plus lointain, Skype pourrait être directement intégré à plusieurs produits Microsoft, notamment dans les téléphones Windows Phone et dans la console de jeux Xbox360.

Pour rappel, Skype avait d’abord été vendu à eBay 2,6 milliards de dollars en 2005. Le site d’enchère avait ensuite cédé partiellement Skype en 2009  pour 1,9 milliard de dollars. 

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Microsoft s’offre officiellement Skype pour 8,5 milliards de dollars
Cumul.io lève 3,5 millions d’euros auprès d’Axeleo Capital, LRM et SmartFin
Facebook
États-Unis: après les élections, Facebook reste confronté à la désinformation à grande échelle
Données: comment l’UE veut faire de l’Europe un centre d’innovation rivalisant avec les États-Unis et la Chine
Face à la contrefaçon, Amazon lance son programme IP Accelerator pour les PME européennes
Nicolas Brusson (BlaBlaCar) : « Le covoiturage peut absorber 90% de la demande de gare routière »
Pourquoi Dassault Systèmes met la main sur la startup américaine NuoDB