AcquisitionActualitéAmérique du nordArts et CultureBusinessInvestissements

Netflix s’empare de StoryBots pour se renforcer avant le lancement de la plateforme de streaming de Disney

Netflix se met en ordre de bataille pour attirer les enfants sur sa plateforme. Il faut dire que le temps presse pour la firme de Reed Hastings dans la mesure où Disney va lancer en novembre aux États-Unis sa propre plateforme de streaming, qui fera la part belle aux princesses et aux super-héros (Star Wars, Marvel…) pour combler les plus jeunes. 

Pour se prémunir face à l’arrivée du géant du divertissement sur son segment d’activité, Netflix vient de mettre la main sur la société de production StoryBots, spécialisée dans les contenus éducatifs. Le montant de l’opération n’a pas été dévoilé. Il s’agit seulement de la troisième acquisition de l’histoire de Netflix après les rachats de l’éditeur de bandes dessinées MillarWorld en 2017 et du studio de production ABQ l’an passé.

«Ask the StoryBots», fer de lance de Netflix dans les programmes éducatifs 

Fondée en 2012 par les frères Spiridellis (Evan et Gregg), créateurs du studio d’animation JibJab, la jeune pousse américaine est loin d’être inconnue aux yeux de Netflix. En effet, la société californienne a lancé la série animée «Ask the StoryBots», qui est diffusée sur Netflix depuis 2016. Le programme s’attèle à répondre aux questions des enfants, comme «Pourquoi le ciel est-il bleu ?» ou «Pourquoi faut-il se brosser les dents», au travers du regard de cinq petites créatures. «Ask the StoryBots a prouvé par le passé qu’il pouvait synthétiser des sujets complexes en de courtes leçons, drôles et divertissantes pour les enfants et satisfaisantes pour les parents», estime Melissa Cobb, responsable des programmes d’animation de Netflix.

La série, récompensée par cinq Emmy Awards, est désormais diffusée en 22 langues dans 190 pays. Elle a même accueilli quelques «guest stars», à l’image de Snoop Dog. La saison 3 sera d’ailleurs diffusée sur Netflix cet automne… au même moment que le lancement de la plateforme de streaming Disney+. C’est aussi à cette période que sera lancée Apple TV+, le service de streaming vidéo de la marque à la pomme créé pour contrer Netflix et valider pour de bon le virage entrepris pour devenir une entreprise de services à part entière.

Développer une franchise éducative capable de rivaliser avec Disney 

Dans le giron de Netflix, les frères Spiridellis seront chargés de produire davantage de contenus autour des StoryBots, mais aussi de créer de nouveaux programmes éducatifs. Grâce à leur expérience, le géant américain espère ainsi mettre sur orbite une franchise éducative au rayonnement mondial qui saura plaire aux enfants, à condition que leurs parents soient convaincus du bien-fondé des contenus éducatifs proposés par Netflix pour payer un abonnement. Un défi de taille quand on connaît le succès de Disney auprès des plus jeunes.

Voir Netflix procéder à une acquisition est un fait suffisamment rare pour être souligné. La firme américaine est en effet davantage habituée à consacrer plusieurs milliards de dollars à la production de nouveaux contenus. Après avoir déboursé 12 milliards de dollars en 2018 dans la production de contenus originaux, Netflix ne devrait pas réduire la voilure cette année avec une enveloppe qui pourrait atteindre jusqu’à 15 milliards de dollarsAu premier trimestre 2019, Netflix a engrangé 9,6 millions d’abonnés supplémentaires, dont 7,9 millions à l’international. Revendiquant désormais 148,9 millions d’abonnés, dont plus de 5 millions en France, la plateforme a enregistré un bénéfice net de 344 millions de dollars pour un chiffre d’affaires de 4,5 milliards de dollars.

Maxence Fabrion

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA
Bouton retour en haut de la page
Netflix s’empare de StoryBots pour se renforcer avant le lancement de la plateforme de streaming de Disney
TousAntiCovid : enfin l’heure du vrai démarrage pour l’application de contact tracing du gouvernement ?
Présidentielle américaine: la pression s’accentue sur Facebook et Twitter, convoqués par le Sénat
Facebook
Quelle place pour l’app de rencontre de Facebook en Europe
Retail: à l’approche des fêtes, quelle réponse face à l’évolution des tendances d’achats?
Comment Foncia accélère sa transformation numérique ?
Quand la présidentielle américaine se joue sur Twitch