ActualitéBusinessDivertissement

Porté par ses plateformes de streaming, Disney dépasse les attentes

Si la pandémie de Covid-19 a suspendu les activités les plus lucratives du groupe Disney, à savoir ses parcs d’attractions, elle a boosté ses plateforme de streaming qui ne cessent de dépasser les prévisions. La plateforme phare du groupe, Disney+, revendique plus de 94,9 millions d’abonnés, contre 73,7 millions en octobre dernier. L’action du groupe a augmenté d’environ 2% après la publications de ces résultats selon CNBC.

En cumulant les abonnés de ses plateformes Disney+, Hulu (39,4 millions d’abonnés) et ESPN+ (12,1 millions d’abonnées), le groupe compte aujourd’hui 145,4 millions d’abonnés, réduisant ainsi l’écart avec le géant Netflix qui revendique 204 millions d’abonnés. « Nous pensons que les mesures stratégiques que nous prenons pour transformer notre société vont alimenter notre croissance et accroître la valeur pour les actionnaires, comme le montrent les progrès incroyables que nous avons réalisés dans notre activité DTC, atteignant plus de 146 millions d’abonnements payés au total pour l’ensemble de nos services de streaming à la fin du trimestre », commente Bob Chapek, directeur général de la Walt Disney Company. 

Ce tableau présente le nombre d’abonnés payants (en millions) pour Disney+, ESPN+ et Hulu.

Dans son rapport trimestriel, Disney évoque cependant ses difficultés, notamment au sujet de ses parcs d’attractions et de ses investissements dans les productions cinématographiques. « L’impact le plus important a été ressenti dans le segment des parcs, expériences et produits Disney où, depuis la fin du deuxième trimestre de l’exercice 2020, nos parcs et centres de villégiature ont été fermés ou exploités à une capacité considérablement réduite et les départs de nos navires de croisière ont été suspendus. » En mai dernier, Disney estimait à 1,4 milliard de dollars l’impact négatif de la pandémie sur ses activités, dont 1 milliard en lien avec les seuls parcs d’attractions et croisières seulement.

Pour pallier ce manque, la société mise tout sur ses activités ‘direct-to-consumer’ qui ont augmenté de 73% pour atteindre 3,5 milliards de dollars ce dernier trimestre. « Les revenus Direct-to-Consumer pour le trimestre ont augmenté pour atteindre 3,5 milliards de dollars et la perte d’exploitation a diminué de 1,1 milliard de dollars à 466 millions de dollars », détaille l’entreprise. « La diminution de la perte d’exploitation est due à l’amélioration des résultats de Hulu et, dans une moindre mesure, de Disney+ et ESPN+ ».

Lancé en novembre 2019, Disney+ connaît depuis ses débuts une croissance fulgurante qui pourrait lui permettre de rivaliser avec les géants du secteur, Netflix et Amazon Prime. La plateforme de streaming a en effet bénéficié du contexte et de ses productions originales pour séduire un public déjà sollicité par ses concurrents, l’une de ses plus grandes forces résidant dans son catalogue qui regorge de marques et de franchises populaires (Disney, Pixar, Marvel, Star Wars, etc). Son prix inférieur à celui de ses concurrents lors de son lancement a également joué dans son succès. 

Assiya Berrima

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA.Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Porté par ses plateformes de streaming, Disney dépasse les attentes
Axa
Cyberattaque: Axa Partners victime d’un rançongiciel en Asie
Retail: le Français Ankorstore lève 84 millions d’euros auprès de Tiger Global et Bain Capital
[Webinar] Application mobile pour informer et engager les collaborateurs: bénéfices et bonnes pratiques
Paiement en ligne: quelles sont les nouvelles normes de sécurité?
Quelle trajectoire pour Jellyfish après sa fusion avec Tradelab (Fimalac) ?
Cybersécurité: Londres appelle à une coalition internationale face à la menace d’acteurs étatiques