ActualitéBusinessFinTech

FinTech: pourquoi Stripe s’allie à des banques traditionnelles comme Goldman Sachs et Citigroup

La startup BtoB spécialisée dans les paiements en ligne Stripe poursuit la diversification de son offre dans les services financier. Elle annonce un partenariat avec les banques Goldman Sachs, Evolve Bank & Trust, Citibank (Citigroup) et Barclays, afin notamment de permettre à ses entreprises clientes d’ouvrir des comptes bancaires pour leurs utilisateurs. La célèbre plateforme de services e-commerce Shopify a déjà fait part de son intention de lancer cette fonctionnalité sur sa plateforme début 2021. 

Baptisé Stripe Treasury, la nouvelle fonctionnalité propose une API de services bancaires aux entreprises. Celles-ci pourront proposer à leurs clients d’ouvrir un compte, de posséder une carte de paiement ou encore d’envoyer et de recevoir des fonds. Ce nouveau pas dans les services bancaires s’inscrit dans la stratégie de la FinTech pour devenir une référence incontournable dans son secteur. Son modèle, conforté par la crise économique liée au coronavirus, a jusqu’ici séduit plus de 2 millions de clients, dont la plupart sont des PME. 

La startup basée à San Francisco affirme en effet avoir permis aux entreprises américaines qui se sont lancées sur sa plateforme depuis l’apparition du virus de réaliser un chiffe d’affaires de près d’un milliard de dollars. Stripe a accueilli de nombreuses sociétés sur sa plateforme depuis l’apparition du coronavirus, notamment le marché de Rungis en France. La FinTech compte sur cette base d’utilisateurs pour faire le succès de sa nouvelle fonctionnalité. Rien qu’en 2020, Stripe a accueilli Caviar, Coupa, Just Eat, Keap, Lightspeed, Mattel, NBC, Paid ou encore Zoom dans sa base de clients qui ont rejoint Deliveroo, Slack, booking.com ou encore Shopify. À travers son offre Shopify Balance, l’entreprise basée au Canada proposera à ses clients de gérer leur argent et factures directement à partir de leur compte Shopify. Ces comptes seront détenus par Evolve Bank. 

Une vision internationale 

Associé à Evolve et Goldman Sachs aux États-Unis, Stripe fait part de son intention « d’approfondir son nouveau partenariat avec Goldman Sachs pour ajouter encore plus de fonctionnalités à Stripe Treasury aux États-Unis l’année prochaine ». La FinTech ambitionne de lancer prochainement son offre à l’international via des partenariats avec Citibank et Barclays. 

Ce partenariat intervient huit mois après la dernière levée de fonds de Stripe. En avril dernier, la FinTech américaine levait 600 millions de dollars en série G auprès notamment de General Catalyst, GV, Sequoia et Andreessen Horowitz. Il s’agissait d’une extension de la levée de fonds de 250 millions de dollars survenue en septembre 2019. Stripe revendiquait alors une valorisation pré-money de 35 milliards de dollars. Depuis son lancement en 2010 par John et Patrick Collison, il s’est diversifié dans différents types de paiement et en développant des outils visant à accompagner plus largement les entreprises dans leur développement.

Stripe n’est pourtant pas le seul acteur de la Tech à s’appuyer sur les banques traditionnelles. Les Gafa s’y sont intéressé, notamment Apple qui a lancé l’Apple Card en partenariat avec Goldman Sachs et Google Pay qui bénéficie des services de Citigroup pour sa plateforme de paiement. 

Assiya Berrima

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE MEDIA.Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
FinTech: pourquoi Stripe s’allie à des banques traditionnelles comme Goldman Sachs et Citigroup
Microsoft lance Xbox Cloud Gaming sur les appareils d’Apple et PC
Comment Facebook veut surfer sur la popularité de l’audio, entre podcasts et « salons de conversations »
Blast, un programme pour aider les startups françaises à marcher dans les pas de SpaceX
GameStop annonce le départ de son directeur général, l’action flambe en Bourse
Zoom lance un fonds de 100 millions de dollars pour les développeurs d’applications
Cryptomonnaies: alors que le marché s’envole, le Royaume-Uni travaille sur sa propre monnaie numérique