ActualitéBusinessTech

[TL;DR] Les news Tech qu’il ne faut pas manquer ce 07/06

Tous les soirs, le meilleur de l’actu Tech est dans le TL;DR de FrenchWeb.

TL;DR (sigle invariable) (XXIème siècle) : initiales de «too long ; didn’t read»,
soit littéralement «trop long ; pas lu»
1. (Internet) Pour exprimer que le message qui a été envoyé n’a pas été lu parce qu’il était trop long.
2. (Internet) Pour exprimer que ce qui suit est un résumé du texte trop long.

 

Airbnb signe un accord avec le gouvernement pour limiter les locations à 120 nuitées par an. La signature de cet accord intervient à quelques jours du vote de la loi Elan à l’Assemblée nationale.

Pourquoi c’est important : Tant de concessions de la part de plateformes comme Airbnb peut sembler surprenant après des années de résistance. Cependant, il s’agit pour ces acteurs de l’économie collaborative d’un moyen pour se prémunir en vue de l’adoption de la loi Elan, actuellement examinée à l’Assemblée nationale pour un vote en première lecture le 13 juin, qui prévoit un renforcement des sanctions pour les plateformes de type Airbnb et les particuliers. Il faut dire que les parlementaires ont mis un coup de pression à ces plateformes en agitant la menace d’un amendement à l’article 51 de la loi qui prévoyait d’abaisser la limite légale de 120 nuitées à 90. Les plateformes signataires de l’accord avec le gournvement ont d’ailleurs rappelé dans le préambule du texte qu’elles «proposaient de prendre ces engagements volontaires, sous réserve de confirmation du maintien de la limite annuelle de 120 jours de location pour des résidences principales».

Crédits : Shutterstock.

 

Swapcard lève 4 millions d’euros pour faciliter le networking pendant les événements. La société parisienne, présente dans 42 pays, travaille avec plus de 1 000 événements internationaux.

Pourquoi c’est important : Ce tour de table doit permettre à Swapcard d’améliorer sa solution, en y injectant davantage d’intelligence artificielle, et de renforcer sa présence à l’international. Après avoir ouvert des bureaux en Allemagne, en Espagne et au Canada, la start-up veut également créer des antennes dans les autres pays dans lesquelles elle opère, notamment aux États-Unis, l’Afrique du Sud, la Côte d’Ivoire, l’Inde et la Corée du Sud. Cette expansion à l’international s’accompagnera d’un renforcement des effectifs avec le recrutement d’une dizaine de collaborateurs supplémentaires.

 

La Commission européenne prête à investir 9,2 milliards d’euros dans le numérique. Supercalculateurs, intelligence artificielle, cybersécurité, compétences numériques… En tout, cinq domaines sont concernés.

Pourquoi c’est important : La Commission souhaite aligner le prochain budget à long terme de l’Union européenne pour la période 2021-2027 sur les défis croissants qui se posent dans le domaine numérique. Sur les 9 milliards d’euros alloués au numérique, 2,7 milliards seront dédiés aux supercalculateurs, 2,5 milliards à l’intelligence artificielle, 2 milliards à la cybersécurité, 1,3 milliard à la transformation numérique et 700 millions au développement des compétences numériques des Européens.

Crédit: Symbio/Shutterstock

 

Marqeta lève 45 millions de dollars pour fournir des solutions de paiement aux entreprises. Ce tour de table doit permettre à la FinTech américaine d’étendre ses opérations à l’international.

Pourquoi c’est important : Ce tour de table doit permettre à la FinTech américaine d’accélérer le développement de son activité et d’étendre ses opérations à l’international. Marqeta s’adresse aux entreprises qui cherchent à émettre des cartes de débit et de crédit, aussi bien physiques que virtuelles, à leurs employés, partenaires et clients. Pour cela, la société a développé une plateforme qui permet aux entreprises de concevoir des solutions de paiement au sein de leur structure, ce qui peut notamment se traduire par la création de cartes virtuelles personnalisées pour les fournisseurs et les employés.

Crédits : Shutterstock.

 

Comment Alibaba veut mettre l’agriculture à l’heure de l’intelligence artificielle. Capteurs, reconnaissances visuelle et vocale, machine-learning… Le géant chinois du e-commerce décline son intelligence artificielle dans le secteur du smart-farming.

Pourquoi c’est important : Ce programme fait partie de l’ambition globale d’Alibaba, destinée à disrupter divers pans de marché et enjeux sociétaux grâce à l’intelligence artificielle : smart cities, véhicules autonomes, production industrielle, santé, protection de l’environnement sont parmi les sujets que compte adresser Alibaba, via ET Brain. L’ambition des entreprises chinoises pour prendre le lead global en matière d’intelligence artificielle n’est plus à démontrer. Dans cette course de vitesse mondiale, elles sont pleinement soutenues par les autorités, qui affichent la volonté politique de faire du pays le champion mondial du sujet d’ici 2030, grâce à l’exécution d’un plan de développement national. En termes de technologies, la Chine s’appuie tout particulièrement sur la reconnaissance faciale, qui s’intègre chaque jour un peu plus dans le quotidien des Chinois, à des fins de consommation ou de surveillance par les autorités. Citons ainsi les licornes Megvii et SenseTime ou la start-up CloudWalk.

Crédit : dmitry_islentev / Shutterstock

 

Invivox, 2,8 millions d’euros pour favoriser la formation entre médecins. La jeune pousse bordelaise compte plus de 1 400 formateurs dans une douzaine de spécialités médicales.

Pourquoi c’est important : La start-up a développé une plateforme permettant de mettre en relation des médecins du monde entier qui se déplacent chez leurs confrères pour découvrir une nouvelle technique opératoire ou encore une nouvelle approche thérapeutique. Ces formations s’effectuent au bloc opératoire ou en salle, en tête-à-tête ou en petits groupes. Pour enrichir son offre de formation, la société a noué des partenariats avec plusieurs hôpitaux en France, comme le CHU de Rouen ou l’hôpital européen Georges-Pompidou, et aux États-Unis, à l’image de Columbia à New York. Avec ce tour de table, Invivox prévoit d’accélérer son développement dans l’Hexagone et à l’international.

Patxi Ospital, co-fondateur et COO d’Invivox. Crédits : Invivox.
Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This