ActualitéAmérique du nordBeautyTechRetail & eCommerce

Très concurrencé, Birchbox licencie 25% de ses effectifs

Spécialisée dans la vente de produits de beauté par abonnement, l’entreprise américaine rencontre une concurrence de plus en plus forte face à des acteurs tels que Glossier ou Sephora. Cette coupure dans les effectifs intervient deux ans après que le hedge fund Viking Global Investors soit devenu l’actionnaire majoritaire de l’entreprise.

Birchbox tente une fois de plus de se consolider financièrement. L’entreprise d’abonnement avait déjà licencié une cinquantaine de personnes en 2016. Aujourd’hui, environ 57 personnes seront touchées sur un effectif total de 220 personnes. Birchbox prévoit également de déplacer certaines de ses opérations au Royaume-Uni dans un bureau à Barcelone, a indiqué la société dans un communiqué.

Des résultats mitigés

L’an dernier, Birchbox comptait plus d’un million d’abonnés mais ce chiffre est en baisse. Katia Beauchamp, CEO de l’entreprise, a pourtant déclaré que la société avait amélioré ses marges et réduit le taux de désabonnement de ses clients, une préoccupation majeure pour les services d’abonnement comme Birchbox.

L’entreprise aurait même vu le nombre de ses clients se multiplier par quatre pour les abonnements annuels, qui sont vendus moins chers que les options à court terme. Mais cette clientèle optant pour des abonnements plus courts de seulement quelques mois a diminué après que l’entreprise a augmenté son prix de 10 dollars, il y a près d’un an. « Sur la base de ces progrès, nous pensons que la réalisation de plus d’économies est la meilleure voie à suivre pour l’entreprise« , a affirmé Katia Beauchamp dans un communiqué. La start-up a été fondée en 2010 par Katia Beauchamp et Hayley Barna, tous deux diplômés de Harvard.

Birchbox France s’émancipe

D’autre part, l’aventure de Birchbox se termine en France. En effet, deux des cofondateurs de Birchbox France, Quentin Reygrobellet et Martin Balas, ont décidé de reprendre leur indépendance, au côté du fonds Otium Capital.

Les entrepreneurs avaient lancé la start-up JolieBox en 2011, sous le même créneau que Birchbox et avait fusionné seulement un an plus tard avec le groupe en changeant de nom.

Motivée par des visions stratégiques différentes, l’entreprise prend aujourd’hui ses distances avec le groupe américain qui connait certaines difficultés et pourra conserver le nom de Birchbox France durant 18 mois avant d’en changer.

Laetitia Lienhard

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Très concurrencé, Birchbox licencie 25% de ses effectifs
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?