ActualitéMarketing & Communication

Un « restart » pour l’agence Dagobert

L’agence digitale Dagobert, fondée en 2000 par Olivier Debin, avait d’elle-même communiquée sur son plan de redressement en février dernier, un plan dû à des difficultés de trésorerie. Depuis, l’agence parisienne a procédé à un plan de licenciement, et trouvé un actionnaire – Ikube – qui a pris une participation majoritaire.

L’agence Dagobert parle aujourd’hui de « restart », et se repositionne en agence de communication globale avec un ADN digital. Dagobert table sur une croissance de 10% pour un CA de 7 millions d’euros.

Interview avec Olivier Debin, PDG de Dagobert:

Marion Moreau

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

40 commentaires

  1. frenchweb c’est donc pour cela que j’arrete pas de les croiser en ce moment ! thx pour l’info !

  2. Un CA divisé par 2, une taille divisée par 3, c’est plus une sévère cure d’amaigrissement qu’un « restart ». En effet on croise beaucoup d’employés anciens ou actuels dans les différentes RH de Paris…on regardera avec attention les effets de la presence du nouveau propriétaire.

  3. @JP tres bien d’appuyer là où ça fait mal, c’est facile, sans risque, ici c’est Olivier, ses équipes et son nouvel associé qui mouillent la chemise.

  4. Amusant, mes propos relataient des faits. Tout au plus dénigrai-je une operation de com loin de ce qui s’échange dans les salons sur les raisons de la chute (gourmandise insatiable sur les nombreuses offres de rachat, salaire exorbitant de celui que vous défendez si ardemment…).  Vous préférez du publi-information, c’est votre choix.

Bouton retour en haut de la page
Un « restart » pour l’agence Dagobert
Wirecard : après le scandale, la FinTech allemande vend ses activités asiatiques
Seven Senders
E-commerce: 32 millions d’euros pour la startup de livraison Seven Senders
Aux États-Unis, les géants de la Tech se veulent conciliants avec Joe Biden
BNP Paribas et le Crédit Mutuel s’associent dans la télésurveillance
Après la « hype », quel avenir pour les NFT?
Amazon s’ancre un peu plus en Inde avec un fonds de 250 millions de dollars pour les startups