Frenchweb recrute un chef de projet editorial et un responsable partenariats
ActualitéCrowdfundingEuropeHealthcareLes levées de fonds

Wandercraft, l’exosquelette médical qui veut faire remarcher les paraplégiques

Wandercraft vient de lancer sa campagne sur Anaxago afin de lever 1,5 million d’euros sur la plate-forme de financement participatif. Un tour de table qui sera peut-être complété par des investisseurs institutionnels par la suite. La start-up, basée à Orsay, dans l’Essonne, développe un exosquelette médical. « Sa vocation est de suppléer à la marche chez les personnes qui ont perdu l’usage de leurs jambes, mais qui disposent toujours de l’usage de leur buste. Il s’agit essentiellement des personnes paraplégiques ou myopathes » explique Nicolas Simon, cofondateur et président.

Les fonds rassemblés permettront de finir le développement de l’exosquelette et de commencer les essais cliniques mi-2016, pour une commercialisation dès 2017 auprès des centres de soins – afin de le faire connaître auprès des médecins et apprendre à l’utiliser – puis, dans un second temps, auprès des particuliers. La version pour les particuliers devrait atteindre les 50 000 euros. « Soit à peu près le prix d’un fauteuil électrique haut de gamme avec des options » estime M. Simon. La version commercialisée auprès des centres, moins industrialisée, aura un coût de revient plus élevé. La société en est actuellement à la V3 qui doit répondre à toutes les normes réglementaires.

C’est à Polytechnique que l’idée à germé. « J’étais passionné par la robotique et de gros progrès avaient été faits en robotique dynamique. Le but était de prendre cette technologie pour la mettre au service des exosquelettes » précise M. Simon. Après en avoir discuté dans son entourage, deux camarades – Alexandre Boulanger et Matthieu Masselin – l’ont rejoint et se sont lancés dans cette aventure.

De l’idée à la réalisation, les besoins de Wandercraft se sont accrus. Aujourd’hui composée de 17 employés, Wandercraft s’est jusqu’à présent financée grâce à 900 000 euros de fonds privés, et à peu près 400 000 euros de subventions. « Jean-Louis Constanza – le fondateur de Télé2 – nous accompagne et nous ouvre son carnet d’adresses. C’est lui qui nous a présenté à Xavier Niel, ce qui nous a offert beaucoup de visibilité » souligne M. Simon. D’ici à 2020, Wandercraft espère atteindre les 3 000 exosquelettes en utilisation et les 15 000 en 2022.

Tags

Olivier Harmant

Pour contacter la rédaction: cliquez ici Devenez "la start-up de la semaine" : faites-vous connaitre! Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce contenu pourrait vous intéresser:

Close
Share This