ActualitéEuropeRetail & eCommerceTechWe Love Entrepreneurs

[We Love Entrepreneurs] Thierry Petit: « En France, on manque d’outils pour motiver les salariés »

Pendant les fêtes, FrenchWeb vous propose de retrouver des interviews marquantes du documentaire We Love Entrepreneurs.

 

Thierry Petit, fondateur de Showroomprivé,  fait partie des entrepreneurs français qu’a rencontré l’équipe de FrenchWeb à l’occasion du tournage du documentaire We Love Entrepreneurs.

Il livre ici sa vision de l'entrepreneuriat et du management. Cet ingénieur de formation considère que « le statut d'entrepreneur ne couvre pas suffisamment les risques » et que l'on « manque d'outils pour motiver les salariés ».

 


 

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

  1. Peut-être une entreprise innovante dans la tête du DG mais pas de ses équipes de direction! Un exemple: les nouveaux chefs de la production contenu de ShowRoomPrivé sont irréalistes alors qu’ils n’y connaissent rien … pas d’idées novatrices possible sans se faire aboyer dessus, pas de tests car c’est de l’argent fichu en l’air. Le seul but augmenter la productivité. Et comme les nouveaux petits chefs n’ont aucune idée du temps nécéssaire pour la qualité des photos , ils demandent des cadences irréalistes. Thierry Petit peut toujours réver, dans la réalité ses équipes n’ont pas les même objectifs.

  2. Assez d’accord – je bosse aussi chez ShowRoomPrivé. c’est l’enfer.

Bouton retour en haut de la page
[We Love Entrepreneurs] Thierry Petit: « En France, on manque d’outils pour motiver les salariés »
Retail: à l’approche des fêtes, quelle réponse face à l’évolution des tendances d’achats?
Comment Foncia accélère sa transformation numérique ?
Quand la présidentielle américaine se joue sur Twitch
Pourquoi LGO, la plateforme crypto de Frédéric Montagnon, fusionne avec Voyager
[DECODE Quantum] A la rencontre de Iordanis Kerenidis, Directeur de la R&D de Qc-Ware
Malgré 1,75 milliard de dollars levés, Quibi ferme ses portes au bout de 6 mois