ActualitéAmérique du nordBusinessFoodTech

WeWork lance un programme d’accélération pour faire décoller les pépites de la FoodTech

Un an après sa renaissance, WeWork Labs poursuit sa montée en puissance. Et pour se distinguer, le programme d’accélération du géant américain du coworking mise notamment sur la FoodTech. Preuve en effet, WeWork Labs vient de dévoiler une nouvelle offre pour accompagner les start-up du secteur de l’alimentation et de l’agriculture. Il faut dire que l’enjeu autour de la FoodTech est immense dans la mesure où il faudra nourrir 10 milliards de personnes dans le monde d’ici 2050. La FoodTech est un secteur qui devrait générer un chiffre d’affaires de 112 milliards de dollars à l’échelle mondiale d’ci 2023, selon le cabinet Research and Markets. Pour l’heure, la majorité des investissements sont captés par les acteurs de la livraison de repas, comme l’illustre le tour de table de 400 millions de dollars de DoorDash en février.

Baptisée «WeWork Food Labs», cette nouvelle initiative s’articulera autour d’un programme bicéphale. En effet, ce dernier prendra la forme d’un accompagnement similaire aux accélérateurs de start-up traditionnels. Pour chaque promotion, la firme américaine prévoit d’épauler six à huit entreprises pendant cinq mois. Pour mettre sur orbite les prochains champions de la FoodTech, WeWork aidera non seulement les sociétés retenues sur le plan technique, pour les aider à améliorer leur produit, mais aussi sur le volet financier, pour qu’elles obtiennent des subventions ainsi que d’autres financements pour accélérer leur développement.Apple-converted-space »> 

Roee Adler, le responsable mondial de WeWork Labs, a indiqué que la licorne new-yorkaise, désormais valorisée 47 milliards de dollars après un investissement de 2 milliards de dollars provenant de SoftBank en début d’année, débloquerait une enveloppe de 1 million de dollars pour soutenir le premier pool de start-up de WeWork Food Labs. La première session démarrera au printemps. «Nous nous attendons à ce que les start-up créent des produits innovants que vous pouvez manger, mais nous nous intéressons également aux start-up qui, nous l’espérons, développeront des logiciels que les agriculteurs ou les entreprises peuvent utiliser», précise-t-il à de TechCrunch.

WeWork dans les pas de Y Combinator ?

En parallèle, le géant du coworking, qui est devenu «The We Company» pour mieux diversifier son offre, ouvrira au mois d’octobre un espace de coworking, exclusivement dédié aux start-up sélectionnées par la firme américaine, qui sera situé dans le quartier de Chelsea à New York. A la différence des espaces habituels proposés par WeWork, celui-ci abritera notamment une «cuisine R&D», un studio photo, un faux espace de vente et une table de dégustation. Quant au toit, il accueillera un espace dédié à l’agriculture urbaine ainsi que d’autres espaces verts. Dans cet espace de coworking, les jeunes pousses sélectionnées pourront également organiser des événements pour se mettre en avant. Ces dernières pourront ainsi présenter et tester leurs produits auprès des membres de WeWork, qui sont autant de clients potentiels.Apple-converted-space »> 

Lancé en 2011 pour offrir aux start-up «super early-stage» un lieu de travail et d’apprentissage, WeWork Labs avait été peu à peu négligé au profit de la stratégie d’expansion internationale du mastodonte du coworking, jusqu’à son retour sur le devant de la scène l’an passé. Et si l’on en croit Roee Adler, le WeWork Food Labs pourrait être le premier programme d’une longue série dédié à une industrie spécifique. «Il est probable qu’il y ait plus de programmes Labs verticalisés au fil du temps», a-t-il ainsi indiqué à TechCrunch. Après WeWork pour le coworking, WeLive pour le coliving et WeGrow pour l’éducation, «The We Company» veut également mettre toutes les chances de son coté pour devenir une usine à champions technologiques aux États-Unis, dans le sillage du prestigieux accélérateur américain Y Combinator qui a propulsé des pépites comme Airbnb, Stripe, Dropbox ou encore DoorDash.Apple-converted-space »> 

Tags

Maxence Fabrion

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media

Sur le même sujet

Share This