ActualitéBusinessTelecom

Xavier Niel lance une Freebox Pro pour séduire les entreprises

Après avoir bouleversé le marché des télécoms grand public, Free s’attaque à un autre défi d’ampleur en se lançant sur le marché B2B. Xavier Niel aura fort à faire puisqu’il débarque sur un segment où Orange impose sa loi avec 70% de parts de marché, très loin devant SFR (20%). Dans ce contexte, l’arrivée de Free sur le marché B2B va faire plaisir à l’Autorité de la concurrence (Arcep) qui cherche depuis plusieurs années à réveiller la concurrence pour mettre fin à la position archi-dominante d’Orange.

L’arrivée de Free sur le marché B2B était pressentie depuis deux ans et l’acquisition en janvier 2019 de Jaguar Network, spécialiste marseillais des technologies pour les entreprises et les collectivités (cloud, télécoms, smart cities…) pour 100 millions d’euros. C’est d’ailleurs le fondateur de cette entreprise, Kevin Polizzi, qui prend la tête de la division B2B de Free.

Une Freebox Pro à 49,99 euros par mois sans engagement

Aujourd’hui, la filiale d’Iliad lance ainsi son offre Free Pro pour proposer ses services aux entreprises. A cette occasion, Xavier Niel et son bras droit, Thomas Reynaud, le directeur général d’Iliad, ont présenté une Freebox Pro dédiée aux professionnels. Et comme d’habitude avec Free, c’est au niveau du prix que l’opérateur souhaite se distinguer nettement de la concurrence. «On a regardé le panorama de ce qui pouvait exister, et on a le sentiment qu’une offre de ce type serait significativement au-dessus d’une centaine d’euros. Et dans notre tradition de diviser les prix par deux, on a fixé le prix à 49,99 euros», a expliqué Xavier Niel au cours d’une conférence diffusée en ligne. «Mais ce n’est pas tout, on s’est dit qu’il fallait rajouter des choses qui n’existent pas dans ce monde là. Et l’une de ces choses, c’est la liberté. Notre volonté, c’est donc d’offrir une offre sans engagement.»

Accessible sans engagement à 49,99 euros par mois, avec un prix de lancement à 39,99 euros par mois durant un an an, la Freebox Pro embarque une connexion fibre jusqu’à 7 Gbit/s en réception et 1 Gbit/s en émission, avec un Wi-Fi Tri-bande et un Wi-Fi invité, ainsi qu’un back-up 4G automatique pour assurer la continuité des services en cas de dysfonctionnement. Sur le volet téléphonique, la box inclut deux lignes avec les appels illimités vers mobiles de France métropolitaine, DOM, Canada, Chine, États-Unis et vers les fixes de plus de 100 destinations. Elle permet aussi de bénéficier d’un forfait mobile 4G/5G avec les appels, SMS/MMS illimités en France, 150 Go en France et 25 Go par mois à l’étranger. Il faudra débourser 9,99 euros par mois pour toute ligne mobile supplémentaire. Ce forfait Free Pro 5G est également disponible sans abonnement à la box pour 19,99 euros par mois.

1 000 techniciens mobilisés 

Au niveau du stockage, elle intègre un serveur de stockage de données centralisé (NAS), avec une sauvegarde sur deux disques durs. Ces données sont également sauvegardées dans un cloud de 200 Go grâce à une synchronisation automatique. En matière de sécurité, à l’heure où les cyberattaques se multiplient et paralysent l’activité de plus en plus d’entreprises, la Freebox Pro propose plusieurs fonctionnalités pour s’en prémunir, comme un firewall, un chiffrement (AES) des données et un accès VPN pour accéder à distance aux données sauvegardées dans la box sur plusieurs appareils. En cas de problème, un support client dédié au professionnels est disponible 7 jours sur 7 entre 8h et 19h et s’engage à fournir des réponses en moins de 8 heures. 1 000 techniciens sont d’ailleurs mobilisés sur tout le territoire pour répondre aux besoins des entreprises. Au sein de la box, un module d’intelligence artificielle a également été intégré pour l’analyser en permanence et anticiper d’éventuels problèmes de connexion.

Avec cette Freebox Pro, Xavier Niel et Thomas Reynaud espèrent ainsi «révolutionner» le marché B2B des télécoms et mettre fin à «la fracture entre les grands groupes qui peuvent s’offrir la fibre optique et les TPE et PME qui n’y ont pas accès». Après avoir trouvé son public sur le segment B2B en cassant les prix, Free peut-il récidiver auprès des entreprises ? Certes, la demande existe, mais par fidélité ou simple habitude, Orange est souvent le choix par défaut. Pour autant, le marché B2B des télécoms représente un gâteau à plus de 10 milliards d’euros et Free compte bien s’en tailler une belle part.

Bouton retour en haut de la page
Xavier Niel lance une Freebox Pro pour séduire les entreprises
eCommerce : l’aventure Mirakl racontée par Elaia
Comment la FinTech suédoise Klarna veut conquérir la France
Le cloud open source, ça change quoi?
4 questions sur la pénurie de semi-conducteurs qui déstabilise l’industrie mondiale
Amazon s’est vu infliger une amende record pour non respect du RGPD
Deliveroo envisage de quitter l’Espagne, où les livreurs devront bientôt être salariés