ActualitéLes levées de fondsRetail & eCommerce

11 millions de dollars pour financer la croissance du Lillois SimpliField aux États-Unis

Créé il y a 7 ans par Jonathan Attal et Benjamin Zenou et Georges Plancke à Lille, SimpliField propose une solution permettant à ses clients de mesurer l’implémentation de ses produits au sein de leurs distributeurs afin d’assurer une expérience de vente la plus cohérente possible et de mesurer l’efficacité de leurs offres. Au travers d’une application mobile, les animateurs réseaux et collaborateurs de l’entreprise peuvent enregistrer la mise en place d’un produit, de manière à ce que les informations recueillies soient analysées et compilées sous forme de tableau de bord aux différents responsables de la marque.

SimpliField revendique aujourd’hui 120 clients, dont le groupe LVMH, L’Oréal et Samsung, dans une trentaine de pays.

La société compte une cinquantaine de collaborateurs répartis à Lille, Paris et New York, dont le bureau a été ouvert en 2018. SimpliField ne communique pas sur ses résultats financiers, mais selon nos informations n’a pas encore atteint la rentabilité. SimpliField se positionnait en 218ème position du FW500 2018.

Après avoir convaincu en 2014 des business angels comme Ilan Abehassera, Angelique Berger, Oleg Tscheltzoff, Kima et 50Partners, Jonathan Attal et Benjamin Zenou, la société a réalisé un premier tour de table de 4 millions de dollars auprès de CapHorn Invest (Romain Vidal) et de Runa Capital (Dmitry Chikhachev). SimpliField annonce lors de NRF un second tour de financement de 11 millions de dollars, qui a été bouclé fin 2019 auprès du fonds américain Five Elms Capital, Cap Horn et Runa Capital.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
11 millions de dollars pour financer la croissance du Lillois SimpliField aux États-Unis
Wirecard : après le scandale, la FinTech allemande vend ses activités asiatiques
Seven Senders
E-commerce: 32 millions d’euros pour la startup de livraison Seven Senders
Aux États-Unis, les géants de la Tech se veulent conciliants avec Joe Biden
BNP Paribas et le Crédit Mutuel s’associent dans la télésurveillance
Après la « hype », quel avenir pour les NFT?
Amazon s’ancre un peu plus en Inde avec un fonds de 250 millions de dollars pour les startups