ActualitéAmérique du nordBusinessEtudesManagementTech

5 secteurs impactés en premier par l’automatisation du travail

D'ici 2055, la moitié des activités actuellement réalisées par des hommes seront automatisées, selon les prévisions de McKinsey. Une réalité qui amène de profonds bouleversements sociétaux, dont Bill Gates s'est récemment inquiété en validant l'idée d'une taxe sur ces robots

La crainte de voir son emploi remplacé par un robot existe en effet. Aux Etats-Unis, moins de 5% des emplois peuvent en réalité être totalement automatisés, selon l'étude «A Future That Works : Automation, Employment, And Productivity» réalisée par le McKinsey Global Institute et publiée en janvier 2017. Avec près de 60% des emplois qui pourront, à terme, être automatisés à hauteur de 30%, les auteurs de l'étude s'attendent plutôt à une mutation de ces métiers, qu'à leur disparition pure et simple.

En tête des missions susceptibles d'être automatisées rapidement, on retrouve les activités physiques, qui ont lieu dans un environnement de travail très structuré et prévisible, ainsi que celles liées à la collecte et à l'analyse de données. Au total, ces missions représentent 51% du temps de travail aux Etats-Unis. Cela équivaut à 2 700 000 000 milliards de dollars de salaires cumulés. 

L'hébergement et la restauration en tête

Plus précisément, c'est le secteur de l'hébergement et de la restauration qui présente le plus fort potentiel d'automatisation dans les années à venir, à 73%. Sont plus particulièrement visées l'ensemble des tâches prévisibles, et physiques associées à ces métiers. 

Le secteur industriel, avec un potentiel d'automatisation estimé à 60%, arrive à la seconde place. Là encore, ce sont les activités prévisibles, ainsi que celles liées à de la collecte de données qui sont ciblées en priorité. 

L'agriculture présente quant à elle un potentiel d'automatisation de 58%. Avec la grande majorité des tâches correspondant à des activités physiques, mais non prévisibles, on peut imaginer que des robots «apprenants», de type machine learning, pourraient intéresser les professionnels. 

Le secteur du transport et de la logistique suit, avec un potentiel d'automatisation de 57%. Comme dans l'industrie, ce sont les tâches prévisibles et de collecte de données qui peuvent être automatisées en priorité. 

Enfin, le commerce de détail affiche un potentiel d'automatisation de 53%, essentiellement en raison du temps passé à analyser des données collectées. On notera que les missions d'interface clients, très importantes dans ce domaine, ne peuvent quant à elles pas être automatisées selon les experts. 

mckinsey-automation-201701-3

 

Lire aussi : 

 

Crédit photo : Adobe Stock
Tags
Microsoft Experiences les 3 et 4 octobre 2017

Claire Spohr

Chargée d'études au sein de la rédaction.

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This