ActualitéChiffres ClesTech

80% des 15-24 ans adeptes de l’internet mobile

« Les 15-24 ans accros à l’internet mobile ». Loin d’être un « scoop », cette tendance a été décryptée par Médiamétrie dans le cadre de son étude consacrée à l’audience de l’internet mobile en mai 2013, publiée ce mercredi 10 juillet.

L’institut s’est donc attaché à analyser les habitudes mobiles des jeunes âgés de 15 à 24 ans. On apprend ainsi, qu’au 1er trimestre 2013, près de 80 % des utilisateurs de mobile de 15 à 24 ans se sont connectés à l’internet mobile au cours du dernier mois. Ils étaient moins d’1 sur 2 il y a 3 ans. Une pratique directement liée à la démocratisation des smartphones : 79,8% des 15-24 ans en sont équipés. Un taux d’ailleurs largement au-dessus de la moyenne, légèrement supérieure à 60 %.

Dans les détails, les 15-24 ans ont passé 3h57 à consulter des sites mobiles au cours du mois de mai, soit 16 minutes de plus que la moyenne. Côté applications, ce sont les jeunes hommes qui tirent la consommation vers le haut avec 159 sessions par mois contre 136 pour les femmes du même âge. Toujours en matière d’applications, les 15-24 ans semblent privilégier les produits gratuits, ainsi « au 1er trimestre 2013, 62,5% des 15-24 ans équipés de smartphone en ont téléchargé, contre 51,4% pour l’ensemble des équipés. »

Concernant les systèmes d’exploitation, Android de Google remporte la bataille face à l’iOS d’Apple puisque plus de la moitié des 15 – 24 ans équipés de smartphone a opté pour le premier système.

Crédit photo: Shutterstock, des millions de photos, illustrations, vecteurs et vidéos

Bouton retour en haut de la page
80% des 15-24 ans adeptes de l’internet mobile
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Collect, la nouvelle startup BtoB d’Alex Delivet pour vous aider dans la gestion de documents
[Série A] Sastrify lève 15 millions de dollars auprès de FirstMark Capital
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?