A la uneActualité

Apple autorise l’adblocking sur la version iOS 9 de l’iPhone

Apple a réservé une autre surprise à l’occasion de la présentation de ces nouveaux services (streaming, Siri amélioré, multitâches sur iPad, entre autres). Il sera désormais possible sur son navigateur Safari de bloquer les publicités sur la dernière version de l’iOS 9. C’est l’ingénieur Ricky Mondello de la firme qui présentera l’extension disponible.

Les développeurs pourront bloquer les cookies, les images, les pop-ups et tous les contenus Web qu’ils jugeront intrusifs lors de la navigation sur mobile, explique The Verge. De quoi inquiéter les éditeurs de contenus qui, du coup, peuvent tirer un trait sur leurs sources de revenus publicitaires sur mobile. Rien qu’au premier trimestre 2015, ce sont 74 millions d’iPhone 6 et 6 Plus qui ont été vendus dans le monde, et autant de cibles qui échapperont donc potentiellement aux annonceurs.

Mais si Apple se range du côté de l’Adblocking, c’est parce qu’à l’image du leader allemand du secteur AdBlock Plus (Eyeo), il veut pouvoir se placer en amont des éditeurs. En lançant sa nouvelle application «News», similaire aux outils de curation tel Flipboard, Apple compte développer un algorithme pour optimiser la personnalisation du flux de contenus générés par les médias partenaires, et, par la même occasion, garder la main sur le marché publicitaire.

Lire aussi :AdBlock Plus: « Nous ne menons pas une croisade anti-publicités »

Adblock : quand le bloqueur devient le bloqué

Bouton retour en haut de la page
Apple autorise l’adblocking sur la version iOS 9 de l’iPhone
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?
Instagram propose à ses influenceurs de vendre des abonnements à leurs followers
[Build Up] Luko fait l’acquisition de son concurrent allemand Coya
[Build Up] Hublo rachète Mstaff pour compléter son offre de gestion des remplacements du personnel de santé
Ukraine: Microsoft prévient que la cyberattaque pourrait rendre inopérables les sites gouvernementaux