Actualité

Apple: un salarié sanctionné pour avoir travaillé 20 minutes de trop?

Lundi 13 mai, Thomas Bordage, salarié de l’Apple Store Opéra à Paris a été convoqué à un entretien préalable en vue d’une sanction disciplinaire, rapporte l’AFP. Motif de cette entrevue ? Avoir trop travaillé !

Le salarié de la marque à la pomme explique, en effet, avoir reçu une convocation dans laquelle le motif de l’entretien préalable n’était pas mentionné. Thomas Bordage, également représentant du syndicat SUD, fait part à l’AFP d’un échange tendu.

Selon lui, lors de cette rencontre ses supérieurs lui ont notamment reproché d’avoir quitté son lieu de travail 20 minutes après la fin de ses horaires. Un temps de travail supplémentaire considéré comme injustifié pour ces derniers alors qu’il s’agirait d’un fait relativement habituel selon Thomas Bordage.

Toutefois, le salarié estime que ces 20 minutes supplémentaires ne sont pas l’unique point de friction avec sa direction. En effet, Thomas Bordage considère que sa convocation est directement liée à l’action du syndicat SUD qui avait conduit à interdire à Apple de faire travailler ses salariés après 21h dans sept boutiques.

Bénéficiant du statut de salarié protégé, Apple devrait d’abord obtenir l’autorisation de l’inspection du travail pour pouvoir licencier Thomas Bordage, qui était également l’un des meneurs de la grève des salariés de la marque à la pomme en septembre dernier lors de la sortie de l’iPhone 5.

Crédit photo: Shutterstock, des millions de photos, illustrations, vecteurs et vidéos

Bouton retour en haut de la page
Apple: un salarié sanctionné pour avoir travaillé 20 minutes de trop?
Que propose Google pour remplacer les cookies publicitaires?
[Série B] IA: InstaDeep lève 88 millions d’euros auprès du laboratoire allemand BioNTech
Pourquoi Starlink, le service internet par satellite d’Elon Musk, n’a plus qu’une seule station en France
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs