ActualitéDesignStartup

[Atelier Numérique – BFM Business] La chronique start-up de Frenchweb #18 : Urbacolors

Lancée à l’automne 2011 sur iPhone et disponible depuis quelques jours sur Android, l’application Urbacolors permet de découvrir, partager et « collectionner » les œuvres de street art partout dans le monde. Graphitis, installations, collages, peintures ou affiches, les villes sont devenues de véritables musées à ciel ouvert pour les passionnés d’arts urbains comme le sont les deux créateurs d’Urbacolors.

Habitués à publier des photos de street art réalisées avec leurs smartphones, ils ont développé un musée virtuel collaboratif dans lequel, outre leurs propres clichés au départ, des milliers d’amateurs ajoutent des oeuvres géolocalisés. Le service recense aujourd’hui 3900 photos dont 3000 « communautaires » dans 115 villes et 13 pays. Chacun peut participer à la création de la base, créer sa propre collection et gagner des points (bientôt des statuts) à la manière de Foursquare. Il sera prochainement possible de signaler la disparition d’une oeuvre.

L’ambition d’Urbacolors n’est pas d’ordre économique même si les créateurs espèrent trouver des pistes de collaboration avec des galeries et musées notamment. L’application en français en anglais se rêve en référence internationale su street art.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Atelier Numérique – BFM Business] La chronique start-up de Frenchweb #18 : Urbacolors
Brevets télécoms: Ericsson et Samsung règlent un important litige
Bill.com rachète la startup Divvy pour 2,5 milliards de dollars afin de gérer les dépenses des PME
Facebook
Facebook: la suspension de Donald Trump relance le débat de l’auto-régulation des réseaux sociaux
Bouygues Telecom
5G: Bouygues Telecom va recevoir 350 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement
Twitter
Twitter lance une « boîte à pourboires » pour fidéliser les influenceurs
[BOOTSTRAP] Comment les entreprises qui bootstrappent s’adaptent elles à la crise?