ActualitéBusinessFinTechRetail & eCommerce

Buy now, pay later: Stripe et Klarna s’associent pour dominer le marché du paiement fractionné

Le paiement fractionné, ou « Buy now, pay later » (BNPL), est en très forte croissance depuis la pandémie. Démocratisé dans l’e-commerce, il compte déjà des géants bien installés, à l’instar du Suédois Klarna valorisé à 46 milliards de dollars, ou la FinTech australienne Afterpay, rachetée par Square, pour 29 milliards de dollars en août dernier. C’est dans ce contexte que la FinTech la mieux valorisée au monde, Stripe, s’attaque au marché du paiement différé. La startup annonce un partenariat avec Klarna, la deuxième FinTech la mieux valorisée au monde.

Concrètement, Stripe proposera à ses clients dans l’e-commerce d’utiliser le service de BNPL de Klarna, en ajoutant facilement une option permettant aux clients de payer en plusieurs fois. Ce service sera proposé aux retailers situés en Europe, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Cet accord permettra à Klarna de toucher un nombre beaucoup plus important de clients. Les deux licornes espèrent se démarquer sur un marché prisé par des géants de la FinTech, à l’instar de PayPal ou Square, la startup de Jack Dorsey (Twitter).

Une augmentation moyenne de 27% des ventes

Lancé en 2005 par Niklas Adalberth, Sebastian Siemiatkowski et Victor Jacobsson, Klarna revendique le titre de plus grande FinTech d’Europe depuis 2019, notamment grâce à son système de paiement avantageux. L’application propose en effet aux acheteurs de biens en ligne d’étaler leurs paiements sans interêts. Depuis l’explosion du e-commerce encouragée par la pandémie de Covid-19, Klarna rencontre un grand succès, en particulier aux États-Unis. La licorne suédoise se rémunère grâce à de petites commissions prélevées sur chaque transaction traitée sur sa plateforme, en accord avec le retailer. « En moyenne, les retailers utilisant Klarna voient une augmentation de 41% du volume moyen des commandes et une augmentation de 36% de la fréquence d’achat », affirme l’entreprise.

En général, Klarna s’associe directement aux magasins pour intégrer son bouton de paiement, mais les clients de Stripe pourront désormais bénéficier du service directement. « Avec Stripe, nous serons un véritable partenaire de croissance pour nos retailers de toutes tailles, leur permettant de maximiser leur succès entrepreneurial grâce à nos services communs », commente Koen Köppen, directeur de la technologie chez Klarna. « En offrant commodité, flexibilité et contrôle à encore plus d’acheteurs, nous créons une situation gagnant-gagnant pour les détaillants comme pour les consommateurs. » Les premiers résultats des retailers utilisant Stripe montrent que l’intégration de la méthode de paiement de Klarna a entraîné une augmentation moyenne de 27% des ventes, indique l’entreprise dans un communiqué.

Un marché en plein boom mais confronté aux critiques

Le marché mondial du paiement différé a fortement accéléré depuis la pandémie. La valeur des transactions BNPL au Royaume-Uni a atteint 6,4 milliards de livres sterling en 2020, soit une augmentation de 60 à 70% par rapport à l’année précédente, selon un rapport du cabinet de conseil Bain. Et les acteurs se multiplient pour ne pas rater la vague. Des néobanques, à l’instar de Monzo et Revolut, ambitionnent par exemple de permettre à leurs clients d’échelonner leurs paiements par carte.

Des géants de la FinTech comme l’Américain PayPal se sont également lancés sur le marché. PayPal a notamment lancé son service BNPL l’année dernière et a récemment racheté Paidy, une startup japonaise, pour 2,7 milliards de dollars. Paidy propose aux utilisateurs d’acheter en ligne et de payer en plusieurs fois, en espèces, dans des magasins de proximité. Une formule gagnante pour la licorne qui revendique plus de 4,3 millions de comptes actifs. Une acquisition qui fait écho à celle d’Afterpay, racheté par Square, pour pas moins de 29 milliards de dollars en août dernier.

Le paiement différé souffre toutefois de quelques critiques qui émergent de plus en plus. En effet, des régulateurs et associations craignent que le BNPL n’encourage des personnes, en particulier des jeunes, à s’endetter. Si la question d’une régulation se pose au Royaume-Uni, la Suède a déjà franchi le pas. Le marché d’origine de Klarna interdit en effet de proposer le BNPL avant d’autres options depuis 2020.

Regardez notre interview avec Éric Petitfils, directeur commercial France de Klarna :

Bouton retour en haut de la page
Buy now, pay later: Stripe et Klarna s’associent pour dominer le marché du paiement fractionné
Molotov condamné à verser 7 millions d’euros au groupe M6 et à cesser de diffuser ses chaînes
Agroalimentaire: NumAlim lance une base de données pour tout connaître des aliments
[SERIE C] Lydia rejoint le cercle des licornes françaises après une levée de 103 millions de dollars
[SERIE B] GitGuardian lève 44 millions de dollars auprès d’Eurazeo
Comment construire sa stratégie de Content Marketing, avec Gregory Nicolaidis, CEO de YouLoveWords
[SEED] La startup niçoise Livmed’s lève 2 millions d’euros pour son service de livraison de médicaments