ActualitéAmérique du sudAsieBusinessEuropeFrenchWeb BusinessLes émissionsRetail & eCommerce

Comment Seb opère sa transformation digitale

Marque iconique s’il en est, Seb fait partie de l’inconscient collectif des Français. Mais à quoi ressemble vraiment aujourd’hui ce groupe qui opère dans le secteur du petit électroménager depuis 1857? « Seb ce n’est pas que la marque Seb, d’ailleurs celle-ci n’existe qu’en France. C’est aussi Moulinex, Rowenta, Krups, Tefal, Supor en Chine, Arno au Brésil », rappelle Guillaume Planet, VP media et digital marketing pour Seb, interrogé lors du Hub Forum. En tout, le groupe regroupe une trentaine de marques. Côté résultats, l’entreprise enregistre un chiffre d’affaires de 6,5 milliards d’euros, avec pour premier marché non pas l’Hexagone, mais la Chine à hauteur de 20%. « Alors que notre chiffre d’affaires était de moins de 2 milliards d’euros il y a 15 ans. Nous avons donc bien progressé depuis ces dernières années », détaille Guillaume Planet.

Et l’essor du e-commerce n’y est certainement pas pour rien. «C’est un sujet extrêmement stratégique pour nous puisque depuis au moins cinq ans, 80% de la croissance de notre business se fait sur des plateformes e-commerce», révèle Guillaume Planet. De plus, l’e-commerce représente 25% du business global de l’entreprise. Une réalité qui implique pour Seb d’importants enjeux d’adaptation et de conduite du changement.

Les nouveaux enjeux de l’innovation

« Nous avons travaillé sur l’identification des plateformes sur lesquelles il fallait investir en priorité, sur la façon d’y investir et sur les organisations », explique Guillaume Planet. Pour le groupe, les plateformes les plus efficaces sont Amazon, Alibaba et JD.com. «Sur la façon de travailler, il faut arriver à se faire voir par les consommateurs et donc investir au bon moment et de la bonne façon, notamment en search pour que nos produits soient vus», décrit le VP media et digital marketing. « Il faut aussi savoir développer des contenus adaptés à ces environnements avec toute la profondeur nécessaire pour répondre aux besoins des consommateurs mais aussi aux algorithmes. Nous faisons également en sorte, et c’est un élément clé, que les consommateurs notent etApple-converted-space »>  commentent très positivement les produits achetés. On voit que c’est un vrai driver de business ». Pour Guillaume Planet, c’est tout ce travail qui a permis à Seb de « décoller ».

Côté innovation, Guillaume Planet remarque également que les attentes des consommateurs ont changé. « Avant, l’innovation était très axée sur des produits avec des nouvelles fonctionnalités. Ce n’est plus ce qu’ils attendent aujourd’hui. Ils sont à la recherche d’‘écosystèmes d’expériences’. C’est-à-dire une innovation qui leur permet de pouvoir appréhender de la manière la plus simple possible un produit et d’être accompagnés dans leur expérience ». Le succès de la marque américaine Instant Pot et de son autocuiseur électrique, porté par une communauté de fans et d’influenceurs, illustre très bien cette réalité.

Retrouvez l’interview complète de Guillaume Planet, VP media et digital marketing chez Seb

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Comment Seb opère sa transformation digitale
E-santé : comment entraîner et évaluer son outil d’IA?
Spotify acquiert la startup Podz pour accélérer dans les podcasts
Cryptomonnaies: la Banque de France réalise une nouvelle expérimentation sur les titres cotés
Que faire de la «sur-épargne» créée pendant la crise?
SportEasy lève 5 millions d’euros auprès de Seventure Partners et MACIF
Streaming: face à Netflix et Amazon, les plateformes de niche se multiplient