ActualitéMedia

Des éditeurs de presse veulent une taxe sur les objets connectés pour soutenir leur financement

Une taxe sur les smartphones, les tablettes, et autres appareils connectés pour financer, notamment, la presse ? Cette idée fait son chemin et plusieurs éditeurs de presse – regroupés sous l’association de la presse d’information politique et générale (AIPG) – seraient favorables à une telle mesure pour financer l’ensemble des industries culturelles rapporte le journal Les Echos.

En 2013, les 200 titres les plus aidés avaient reçu plus de 288 millions d’euros d’aides à la presse selon les chiffres publiés par le ministère de la Culture et de la Communication. La plupart des éditeurs de presse éprouvent des difficultés à monétiser leurs audiences à l’heure du numérique. A la suite d’un bras de fer avec Google, la firme américaine avait signé un accord avec l’AIPG ayant débouché sur le lancement en 2013 d’un fonds de modernisation de la presse de 60 millions d’euros sur trois ans.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIA Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

  1. Je suis la seule à me dire qu’ils pourraient juste faire des titres de presses rentables ?

Bouton retour en haut de la page
Des éditeurs de presse veulent une taxe sur les objets connectés pour soutenir leur financement
Huawei mise 8 millions d’euros sur le moteur de recherche français Qwant
Comment des parlementaires américains s’attaquent aux monopoles des GAFA
Le service de livraison français Colis Privé prévoit d’entrer en Bourse sur le marché Euronext
Euro 2021 : la Fédération française de football se lance dans les NFT avec la startup Sorare
Microsoft, Ubisoft, Avatar… focus sur l’E3, le plus grand salon des jeux vidéo au monde
Travail hybride: le télétravail s’installe dans la durée mais présente aussi des risques