ActualitéBusinessDecode BusinessStartupTechTV

Eventmaker mise sur l’IA pour créer plus d’engagement sur les événements

La gestion événementielle est un secteur de niche sur lequel différents acteurs sont bien déjà bien implantés : Digitick, Weezevent ou encore Eventmaker, anciennement Applidget. Alors que les deux premiers se focalisent sur la billetterie, le troisième se concentre sur la gestion des événements.

Eventmaker a été lancée par Tristan Verdier en 2009. La start-up édite plusieurs logiciels pour faciliter l’organisation d’un événement. La société fournit «des outils pour que nos clients utilisent tout seuls les plateformes pour gérer leurs événements», détaille Tristan Verdier, CEO d’Eventmaker. Le tout est vendu sous forme d’abonnement ou de package.

La start-up a annoncé récemment vouloir prendre le virage de l’intelligence artificielle. Elle a débuté en créant le service Do You Bot, un chatbot qui renseigne les visiteurs.

Eventmaker travaille principalement avec des salons comme ceux des grandes écoles ou ceux de l’Apec. Pour l’année à venir, la société souhaite se diriger vers des organisateurs événementiels qui mettent en place entre 5 et 200 rendez-vous par an.

Les données clés :

  • Fondateur : Tristan Verdier
  • Date de création : 2009
  • Secteur d’activité : gestion événementielle
  • Financement : 400 000 euros en novembre 2015
Tags

Myriam Roche

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Eventmaker mise sur l’IA pour créer plus d’engagement sur les événements
Jeux vidéo: les résultats trimestriels d’Electronic Arts dépassent les attentes
La Silicon Valley résiste à la pandémie, affichant des profits insolents
Lutte contre les infox : le CSA demande plus d’efficacité et de transparence aux réseaux sociaux
Coronavirus : Orange limite la casse au premier semestre
Kiosques en ligne : Cafeyn s’offre le Néerlandais Blendle pour devenir un champion européen
Samsung: le confinement propulse le bénéfice net du groupe à près de 4 milliards d’euros
Copy link