ActualitéBusinessTech

Facebook: pourquoi des modérateurs s’estiment « sacrifiés » par le réseau social

AFP

Des dizaines de modérateurs de Facebook s’estimant « sacrifiés » par le réseau social ont signé une lettre accablante pour l’entreprise, qui assure que les conditions sanitaires des employés de retour dans des bureaux sont meilleures que tous les critères minimum imposés par les autorités. « Facebook a besoin de nous. Il est temps que vous le reconnaissiez et accordiez de la valeur à notre travail. Sacrifier notre santé et notre sécurité pour faire des profits est immoral », assènent les 200 signataires de la lettre adressée aux dirigeants du groupe californien et mise en ligne mercredi.

Le géant des réseaux sociaux compte 15 000 personnes chargées de filtrer les contenus problématiques, de la pédophilie au terrorisme et aux discours de haine. La plupart est employée par des sous-traitants, comme Accenture ou CPL. Les modérateurs en colère reprochent à Facebook de les avoir « forcés » à revenir travailler en personne, malgré les risques potentiels ou avérés de contamination au Covid-19, alors que le groupe a mis en place le télétravail par défaut au moins jusqu’à la fin de l’année pour l’essentiel de ses 45 000 employés dans le monde.

« Nous apprécions l’important travail accompli par les modérateurs et leur santé et leur sécurité sont notre priorité », a réagi un porte-parole de Facebook, avant d’appeler à des discussions « honnêtes »: « la majorité des 15 000 modérateurs de contenus travaillent de chez eux et cela va continuer pendant la durée de la pandémie ». « Tous ont accès à des protections de santé et à des ressources de bien-être (…) et Facebook va au-delà des recommandations sanitaires pour les bureaux », a-t-il continué.

Télétravail et primes de risque

Les signataires demandent de favoriser le travail à la maison mais aussi des primes de risque et leur intégration au sein de l’entreprise, avec les mêmes assurances santé et soins psychiatriques que les salariés de Facebook. « Sans notre travail, Facebook est inutilisable. Son empire s’effondre. Vos algorithmes ne savent pas repérer la satire, ni séparer le journalisme de la désinformation. Ils ne répondent pas assez vite en cas d’abus contre les enfants ou de comportements suicidaires. Nous, si », font-ils valoir.

Or la modération des contenus est « la tâche la plus difficile qui soit au sein de l’entreprise » et « la pandémie a bien profité à Facebook », insistent-ils, en référence à l’explosion du temps passé sur les réseaux pendant les confinements et à la fortune du patron, Mark Zuckerberg, « qui a quasiment doublé pendant la crise ».

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Facebook
Facebook: pourquoi des modérateurs s’estiment « sacrifiés » par le réseau social
Walmart achète des actifs de JoyRun pour compléter son service de livraison
En route vers une consolidation du marché des VTC
Dans sa course contre TikTok, Snapchat lance Spotlight pour séduire les jeunes utilisateurs
Radio France
Radioplayer France: les principales radios françaises lanceront une plateforme commune en 2021
snapchat
Snap poursuit ses ambitions dans les technologies vocales avec une nouvelle acquisition
États-Unis: le compte Twitter officiel du président sera transféré à Joe Biden le jour de l’investiture