ActualitéManagement

[#geonpi] Jean-David Chamboredon réagit aux propos de Jean-Marc Ayrault

« Le régime fiscal des plus-values ne sera pas modifié « . C’est ce qu’a déclaré, lundi matin, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault,  lors d’un déplacement à Nantes.

Si, à première lecture, cette déclaration a raisonné comme une note d’espoir pour les créateurs de PME, une seconde analyse montre que cette affirmation est loin d’être évidente. En effet, un certain nombre de conditions mises en place par Bercy serait nécessaire pour que le projet de loi de finances, concernant le régime des plus-values lors des cessions, soit appliqué sans changement.

En réaction aux propos de Jean-Marc Ayrault, Jean-David Chamboredon, Président d’ISAI et porte-parole des Pigeons, détaille ce dernier rebondissement, évoque la zone d’incertitude actuelle et sa durée probable.

[jwplayer mediaid= »81694″]

Parmi les « conditions de Bercy » évoquées par BFMTV  :

  • « L’entrepreneur devra toujours détenir 5% des parts de son capital après la cession.
  • Le vendeur devra tirer au moins 50% de ses revenus de l’entreprise dont il se sépare.
  • Il faudra non plus réinvestir 80%, mais 50% de ses plus-values de cession, pour bénéficier d’un report d’impôt et d’une exonération.
  • Les abattements consentis monteront en puissance jusqu’à 6 années de détention des titres, contre 12 ans dans le projet initial. »

 

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[#geonpi] Jean-David Chamboredon réagit aux propos de Jean-Marc Ayrault
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?