ActualitéAsieLes levées de fondsRetail & eCommerceTech

Inde : FreeCharge lève 33 millions de dollars auprès de Sequoia Capital

La start-up indienne FreeCharge vient de lever 33 millions de dollars auprès de Sequoia Capital, de Sofina, un fonds belge, et ru-Net, une société russe. Ce nouvel investissement permettra à la société de renforcer sa stratégie marketing et de développer une plate-forme publicitaire en ligne pour mieux cibler les consommateurs.

Fondée il y a quatre ans, la société édite une interface en ligne permettant aux utilisateurs de téléphones mobiles de rajouter du crédit à leur forfait prépayés ou régler leurs factures. La société revendique 10 millions d’utilisateurs dans le pays.

120 marques partenaires

Pourquoi utiliser son service ? Parce qu’après avoir rechargé son forfait, l’utilisateur reçoit par e-mail des coupons de réduction à utiliser dans divers magasins : chaînes de restauration (McDonald’s, Domino’s Pizza, Costa Coffee…) ou principaux détaillants nationaux (PVR Cinemas, Myntra.com…). Au total, la société compterait 120 marques partenaires.

FreeCharge travaille avec de nombreux opérateurs en Inde dont Virgin mobile, Airtel, Tata Docomo ou Vodafone. L’entreprise, qui précise que 70% des transactions sont effectuées sur des appareils mobiles (le service est aussi disponible via des applications pour smartphone), pourrait également étendre ses activités à l’étranger.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits
Bouton retour en haut de la page
Inde : FreeCharge lève 33 millions de dollars auprès de Sequoia Capital
Suite au soutien de Bruno Lemaire et de l’Elysée, Christel Heydemann devrait être nommée à la direction d’Orange
Stéphane Richard pourrait rester en poste jusqu’à la nomination de Christel Heydemann à la tête d’Orange
Collect, la nouvelle startup BtoB d’Alex Delivet pour vous aider dans la gestion de documents
[Série A] Sastrify lève 15 millions de dollars auprès de FirstMark Capital
Elyze, le « Tinder » de la présidentielle ne conserve plus les données des utilisateurs
Investissements
Licornes françaises: où sont les femmes?