ActualitéAmérique du nordChiffres Cles

[Infographie] 29% des Américains confondent cloud-computing et cumulonimbus

ZoneAlarm, éditeur d’antivirus et de logiciels de sécurité informatique, nous en dit plus dans cette infographie sur la vision qu’ont les internautes américains des services du cloud-computing.

bandeau cloud

Alors qu’ils sont 95% à l’utiliser, 22% des Américains avouent avoir déjà menti lors d’un entretien en prétendant comprendre le fonctionnement du cloud-computing, quand ils sont 29% à penser qu’il y a un rapport avec la météo…

Plus sérieusement, 54% d’entre eux disent ne jamais avoir utilisé le cloud, alors que ces services sont largement répandus dans les activités courantes des internautes :

Pour le partage de fichiers (19%), l’achat de musiques et de vidéos en ligne (22%), les jeux en ligne (45%), les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter (58%) ou encore les services de banques en ligne (65%).

ZoneAlarm explique cette situation en avançant que les internautes sont méfiants vis à vis du cloud pour des raisons de coûts, de sécurité ou de confidentialité dans un tiers des cas. Et si 9% d’entre eux n’utilisent pas les services du cloud car ils possèdent déjà des logiciels offrant les mêmes fonctionnalités, 15% avouent que c’est par manque de connaissances.

130213.ZoneAlarm-Cloud-Concerns

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
[Infographie] 29% des Américains confondent cloud-computing et cumulonimbus
Live shopping: NTWRK lève 50 millions de dollars auprès de Goldman Sachs et du groupe de luxe français Kering
Bitcoin, NFT, salons audio…: Comment Twitter veut attirer les créateurs de contenus?
Pourquoi Taster s’est tourné vers le crowd equity funding après sa levée de 37 millions de dollars
FoodTech: Flink valorisé à 2,1 milliards de dollars après un tour de table mené par DoorDash
E-commerce: DataHawk lève 6 millions d’euros pour accompagner les revendeurs Amazon dans leur activité
Le directeur technologique de Facebook va céder sa place à Andrew Bosworth, spécialiste du metaverse