/ InsidersActualité

[INSIDERS] SpaceX: record américain avec 64 mini-satellites placés en orbite

#SpaceX: record américain avec 64 mini-satellites placés en orbite d’un coup

AFP–  SpaceX a placé lundi 64 mini-satellites en orbite terrestre, un record américain et la première fois que la société californienne dédie entièrement un lancement au marché croissant des petits satellites. La société d’Elon Musk a battu un autre record en réutilisant pour la troisième fois un premier étage de sa fusée Falcon 9. Ce premier étage, aussi appelé booster, est revenu se poser sans incident sur une plateforme automatisée au large de la Californie, selon des images diffusées par SpaceX.

Elon Musk. Crédits : Y Combinator.

A bord de la fusée se trouvaient 15 microsatellites et 49 Cubesats, appartenant à 34 clients différents, privés, publics et universitaires, venant de 17 pays dont la France, la Corée du Sud et le Kazakhstan. La fusée avait été entièrement affrétée par la société Spaceflight, spécialisée dans le « rideshare », c’est-à-dire le fait de mettre plusieurs satellites à bord d’une même fusée. Les microsatellites pèsent quelques dizaines de kilogrammes. Les Cubesats sont des satellites plus petits encore, construits à partir de modules standards. La fusée est partie du pas de tir de la base aérienne de Vandenberg en Californie.

Un peu plus de sept minutes plus tard, le premier étage, après s’être séparé du second, est revenu se poser. La coiffe, qui enferme et protège les satellites au sommet de la fusée pendant la sortie de l’atmosphère, devait également être récupérée par un bateau équipé de grands filets, baptisé « Mr. Steven ». Mais chaque moitié de la coiffe a raté le filet, a tweeté Elon Musk. Les deux moitiés seront repêchées, a-t-il écrit. Les satellites devaient être placés en orbite pendant une période de cinq à six heures, selon chaque engin, à des altitudes différentes selon les besoins des clients.

Spaceflight a conçu un « distributeur » spécial pour la mission, qui éjectera les satellites individuellement. Tous les clients n’ont pas des missions scientifiques. Le musée d’art du Nevada a ainsi envoyé une sculpture légère de l’artiste Trevor Paglen qui, une fois dépliée, est censée être visible depuis la Terre à l’oeil nu la nuit. Au total, SpaceX a réalisé 19 lancements en 2018, battant son record de 18 lancements en 2017. Et d’autres sont encore prévus avant la fin de l’année, dont un nouveau ravitaillement de la Station spatiale internationale, mardi.

#RadioNumérique: DAB+ poursuit son déploiement, avec Lyon et Strasbourg

AFP– Après Paris, Marseille, Nice et Lille, la radio numérique hertzienne (DAB+) va faire ses débuts mercredi à Lyon et Strasbourg, une étape importante pour cette technologie complémentaire de la FM et dont le CSA mène le déploiement.

Dans ces deux métropoles régionales, ainsi qu’à Colmar et Mulhouse et des zones attenantes, une quarantaine de stations numériques commenceront à émettre. Elles utiliseront la DAB+, technologie de radiodiffusion numérique terrestre qui exploite les ondes hertziennes comme la bande FM, mais qui offre une qualité d’écoute nettement supérieure à celle-ci et aussi un plus grand choix de stations.

Crédit: Asmus Koefoed/Shutterstock

Il s’agira essentiellement de radios indépendantes, associatives, locales ou thématiques, les grands groupes privés (RTL, RMC, Europe 1 ou NRJ) ayant jusqu’à très récemment boudé les appels d’offre du CSA pour l’attribution des fréquences en DAB+, et de quelques radios publiques comme FIP, RFI et Mouv’, qui en profiteront pour compléter leur réseau. Ce lancement simultané devrait permettre à la DAB+ de franchir un cap décisif. En effet, lorsque les zones couvertes par la DAB+ représenteront au moins 20% de la population, les fabricants de radios et autoradios auront l’obligation d’intégrer cette technologie dans leurs récepteurs, ce qui devrait encourager son utilisation par le public.

Le CSA devrait officialiser prochainement le franchissement de ce seuil, donnant un coup d’accélérateur à cette technologie. La DAB+ nécessite en effet un poste de radio compatible, ce qui constitue pour l’instant, avec l’absence des grandes radios privées, le principal frein à son utilisation par les auditeurs. Alors que les grandes radios privées voyaient d’un mauvais oeil l’arrivée de nouveaux concurrents permise par cette technologie, et rechignent à payer une double diffusion, en FM et DAB+, le déploiement de cette dernière s’est accéléré cette année sous l’impulsion du CSA qui y voit un complément à la FM, saturée depuis longtemps.

Celui-ci a modifié le calendrier et les zones de ses appels d’offres, afin d’implanter en priorité la radio numérique dans les principales villes et le long des autoroutes pour toucher rapidement une grande partie de la population et séduire les diffuseurs. Après Paris, Marseille et Nice en 2014, Lille et les Hauts-de-France sont ainsi couverts depuis le mois de juin. Cette stratégie commence à porter ses fruits: plusieurs radios privées dont RTL, RMC, Radio Classique (qui émettra en DAB+ à Strasbourg) et Europe 1 se sont portées candidates auprès du CSA pour l’attribution des premières fréquences nationales en DAB+.

#Australie: un projet de loi de cybersécurité inquiète les géants de la Tech

AFP – Les principaux partis australiens ont passé un accord mardi pour adopter une loi sur la cybersécurité exigeant des géants technologiques qu’ils aident les services de sécurité à décrypter les communications des terroristes et criminels présumés. La coalition conservatrice au pouvoir justifie cette législation par la nécessité de permettre aux services de sécurité d’enquêter sur les crimes graves comme le terrorisme ou la pédophilie, citant le cas de trois hommes accusés de s’être servis de messageries cryptées pour projeter des attaques.

Parlement australien à Canberra.
Crédit: Dan Breckwoldt

Des géants comme Google et Facebook accusent le texte de les rendre vulnérables aux pirates tandis que les défenseurs des libertés civiles dénoncent des menaces contre la vie privée. L’opposition travailliste a annoncé son soutien au projet, expliquant avoir obtenu les concessions qu’elle réclamait en matière de responsabilité et de garanties. « Ce projet de loi est loin d’être parfait« , a déclaré Mike Dreyfus, un responsable du Parti travailliste, cité par la chaîne publique ABC. « Mais ce compromis va donner aux services de police et de renseignement les pouvoirs dont ils ont besoin durant la période de Noël« .

Aux termes du projet qui doit être adopté d’ici jeudi, Canberra pourra contraindre les entreprises du secteur à lever leurs protections technologiques, masquer les opérations secrètes des forces de police et aider ces dernières à accéder aux données des smartphones et aux messageries.

Les entreprises s’exposeraient à des amendes de plusieurs millions de dollars en cas de refus d’accéder aux demandes des enquêteurs, avait expliqué le gouvernement en août. Elles pourraient cependant contester en justice les requêtes des investigateurs. Le Digital Industry Group Inc (DIGI), qui représente les grands acteurs du secteur comme Facebook, Twitter, Google ou Amazon, a fait valoir que la loi les contraindrait à créer des failles dans leurs systèmes qui pourraient être exploitées par des hackers.

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici
SpaceX
[INSIDERS] SpaceX: record américain avec 64 mini-satellites placés en orbite
Pourquoi la voiture autonome se fait toujours attendre
[DECODE] Sephora, la locomotive de LVMH dans la BeautyTech
[DECODE Retail] Ils font le digital chez Sephora
Stockly, Ouest Digital, Maif : focus sur les offres d’emploi du jour
Wefox
AssurTech: Wefox lève 110 millions de dollars supplémentaires pour sa série B
Cdiscount, AlloCiné et Vanity Fair accusés d’ignorer le refus des cookies
Copy link