ActualitéDesignStartup

L’application Evomail pourrait-elle détrôner Mailbox sur iPhone ?

Le client mail table sur des fonctionnalités avancées pour proposer un modèle freemium.

Initialement développée pour l’iPad, l’application Evomail est désormais disponible sur les mobiles Apple.

A l’image de l’application Mailbox, Evomail a mis l’accent sur l’expérience utilisateur et propose aux mobinautes de gérer leurs mails par quelques glissements de doigt : un mouvement à gauche pour archiver un mail un autre à droite pour le supprimer. Les adeptes ont également la possibilité de partager directement le contenu d’un mail par sms ou via Twitter.

Autre nouveauté : alors que l’application iPad était commercialisée 2,69 euros, l’application iPhone est désormais gratuite. Les porteurs du projet ont toutefois précisé qu’ils travaillaient actuellement à développer des fonctionnalités avancées afin de basculer sur un modèle freemium.

Disponible en français, l’application n’est pour le moment compatible qu’avec les messageries Gmail mais devrait bientôt s’ouvrir à iCloud et Yahoo!. L’application devrait également être bientôt proposée dans le store Google Play.

Sur l’App Store, Evomail bénéficie de très bonnes critiques et certains aficionados du client Mailbox, récemment racheté par Dropbox, reconnaissent préférer l’expérience utilisateur proposée par Evomail…

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
L’application Evomail pourrait-elle détrôner Mailbox sur iPhone ?
Live shopping: NTWRK lève 50 millions de dollars auprès de Goldman Sachs et du groupe de luxe français Kering
Bitcoin, NFT, salons audio…: Comment Twitter veut attirer les créateurs de contenus?
Pourquoi Taster s’est tourné vers le crowd equity funding après sa levée de 37 millions de dollars
FoodTech: Flink valorisé à 2,1 milliards de dollars après un tour de table mené par DoorDash
E-commerce: DataHawk lève 6 millions d’euros pour accompagner les revendeurs Amazon dans leur activité
Le directeur technologique de Facebook va céder sa place à Andrew Bosworth, spécialiste du metaverse