ActualitéBusinessMarketing & Communication

Le ciblage publicitaire en ligne, au cœur du modèle économique des géants de la Tech, décrié en Europe

AFP

La surveillance des internautes pour mieux les cibler avec des publicités personnalisées est au cœur du modèle économique des géants de la Tech comme Facebook, mais des voix s’élèvent en Europe pour la faire interdire au nom du respect de la vie privée. Le spécialiste californien des réseaux sociaux (qui contrôle aussi WhatsApp et Instagram) est devenu l’une des entreprises les plus rentables du monde en récoltant des milliards de données sur des individus, dont la moindre action en ligne est scrutée et analysée, afin d’aider les annonceurs à communiquer de façon plus efficace.

La commission européenne a présenté en décembre deux projets de règlement (DSA et DMA) pour limiter les dérives des géants de l’Internet. Ces textes, actuellement débattus par le Parlement européen et les 27 Etats membres de l’UE, ne remettent pas en cause le modèle publicitaire dominant. Mais des élus et ONG veulent profiter du débat pour durcir le texte.

« J’espère que le Parlement n’interdira pas la publicité en général, mais le micro-ciblage publicitaire ne devrait pas exister », a déclaré l’eurodéputée danoise Christel Schaldemose, rapporteuse du projet de loi DSA. « Il devrait être plus facile pour un consommateur de dire non » à la publicité micro-ciblée, a déclaré à l’AFP cette élue social-démocrate, même si cela aurait un « impact énorme » sur la façon dont Facebook et d’autres font des affaires. Plus de 80% des revenus de Google proviennent de la publicité, soit l’an dernier plus de 120 milliards d’euros. Facebook en a tiré de son côté près de 70 milliards d’euros de recettes.

Lobbying féroce

Pas étonnant que les questionnements sur la pub suscitent le lobbying le plus féroce dans les institutions européennes. « Le pouvoir économique et politique de ces géants du numérique est considérable, et ils ne vont pas rester passifs », a récemment écrit Tommaso Valletti, ancien économiste en chef à la direction générale de la concurrence au sein de la Commission européenne. Un rapport d’une organisation de défense des consommateurs norvégiens réclame l’interdiction de la « publicité basée sur la surveillance ». Soutenu par le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) et la Fédération des consommateurs américains (CFA), le document publié mercredi affirme que la publicité ciblée entraîne une discrimination généralisée, une manipulation des consommateurs et constitue même un risque pour la sécurité nationale.

« Les consommateurs devraient être libres de décider de ce qu’ils veulent faire ou acheter sans être constamment surveillés, contraints, trompés ou manipulés », a déclaré Ursula Pachl, directrice générale adjointe du BEUC. « L’UE a une chance de créer une société numérique plus juste en interdisant la publicité de surveillance par le biais de la loi sur les services numériques et nous exhortons les décideurs à le faire. » Même les géants de la technologie sont divisés sur l’avenir du modèle publicitaire.

Les patrons de Facebook, Mark Zuckerberg, et d’Apple, Tim Cook, ont eu de vifs échanges alors que le fabricant de l’iPhone a publiquement contesté la légitimité éthique du suivi des utilisateurs. Facebook fait valoir que la publicité assure la gratuité de l’Internet. « L’approche d’Apple est complètement différente, elle fait payer le prix fort pour du matériel joliment conçu, associé à des services », explique le vice-président de Facebook et responsable de la communication mondiale, Nick Clegg. Google propose lui un outil supprimant le « cookie » de suivi qui permet le ciblage publicitaire.

Des «préoccupations légitimes»

Une source au Parlement européen doute qu’une interdiction pure et simple soit dans les cartons, des acteurs puissants, dont les gouvernements allemand et français, n’étant pas prêts à aller aussi loin. La proposition actuelle du Parlement européen demande que la publicité ciblée ne puisse exister qu’en tant que choix volontaire des utilisateurs et non comme dispositif par défaut. Une telle disposition sonnerait certainement le glas du suivi publicitaire. Elle irait trop loin, selon un avis des autorités françaises rapporté par le site d’information Contexte.

Si Paris comprend « les préoccupations légitimes » des eurodéputés, il s’inquiète pour le financement des médias européens. Une telle mesure ferait « perdre aux éditeurs une grande partie de leurs revenus publicitaires numériques ». La France estime que la fin du ciblage, qui améliore l’efficacité des annonces, pourrait finalement provoquer « une augmentation du volume de publicité » et même « renforcer l’avantage concurrentiel des grandes plateformes ».

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Le ciblage publicitaire en ligne, au cœur du modèle économique des géants de la Tech, décrié en Europe
« Métaverse », l’univers parallèle qui fait rêver les géants de la Tech
Akka Technologies
Adecco rachète le Français Akka Technologies, valorisé à 2 milliards d’euros, pour créer un géant du numérique
spotify
Résultats trimestriels: Spotify réduit ses pertes et grimpe à 165 millions d’utilisateurs payants
google
Alphabet (Google) dépasse les attentes du marché avec un bénéfice net de 18,5 milliards de dollars
Tiré par les ventes d’iPhones, Apple a presque doublé son bénéfice net trimestriel
Bubble lève 100 millions de dollars pour sa plateforme no-code