ActualitéChineTech

Le coronavirus redistribue les cartes de la Tech chinoise

L’épidémie du coronavirus 2019-nCov a pour le moment entrainé la mort de plus de 1 700 personnes dans 25 pays dont une grande majorité en Chine et plus de 70 000 personnes sont infectées. En raison de la propagation actuelle du coronavirus, beaucoup d’entreprises ont pris des mesures de précaution et ont incité ou parfois même obligé leurs employés à travailler de chez eux. 

Les plateformes de télétravail très utilisées

Une aubaine pour les applications de télétravail. Les technologies destinées aux entreprises telles que les outils de messagerie et de productivité sont en effet de plus en plus répandues en Chine. Le bond des travailleurs à distance, même temporaires, représente une opportunité inattendue pour les prestataires de services pour acquérir de nouveaux utilisateurs.

DingTalk, WeChat Work, Fetedu de Bytedance et WeLink de Huawei Cloud ont tous mis gratuitement à disposition certaines de leurs fonctionnalités de communication et de visioconférence. A cause d’un volume de trafic trop important, l’outil de communication d’entreprise et de collaboration bureautique de Tencent, WeChat Work, et l’application d’espace de travail virtuel d’Alibaba, DingTalk, ont même été paralysés lors du premier jour de télétravail massif au retour des congés prolongés du Nouvel An chinois. 

L’apprentissage sur le web

La Chine a lancé une plateforme nationale d’apprentissage en ligne et a commencé à diffuser des cours de primaire sur la télévision publique pour aider 180 millions d’élèves à « continuer à apprendre même avec les classes suspendues« , selon un communiqué du ministère de l’Éducation (MEO). La division des supports d’apprentissage pour les différents niveaux d’élèves vise à limiter le temps que les élèves du primaire passent en ligne ainsi qu’à empêcher la congestion du réseau, a indiqué le MEO.

D’autres sociétés d’enseignement en ligne offrent également des cours gratuits, notamment New Oriental Group, la plus grande société d’enseignement privé en Chine, et la plateforme d’apprentissage en anglais VIPKid.

L’explosion des loisirs en ligne

L’une des premières mesures prises pour endiguer la propagation du virus a également été la fermeture des gymnases à travers le pays. Les applications de fitness ont alors connu une recrudescence de leurs abonnées. Keep, application de fitness numéro un en Chine, aurait augmenté ses abonnés de 18% au cours des cinq premiers jours de l’épidémie pour atteindre les 258 000 abonnés. Certains professeurs de sport des gymnases offrent quant à eux des cours de fitness en direct sur des plateformes vidéo comme Douyin, la version chinoise de TikTok.

La plupart des événements étant annulés, les loisirs extérieurs s’amenuisent. Une véritable opportunité pour les jeux en ligne. Un jeu a suscité un important intérêt : le jeu Plague Inc permettant aux joueurs de propager un virus mortel à travers le monde. Les jeux en ligne sont devenus si populaires que les serveurs de Game for Peace, la nouvelle version chinoise de PUBG Mobile et l’un des plus grands jeux de Tencent ont été submergés par le nombre de connexions. 

Le choix de la télémédecine

L’un des segments positivement impacté est celui, sans surprise, des services de e-santé. WeChat a notamment ajouté un nouveau segment «Santé» à son menu de portefeuille donnant la possibilité de suivre en temps réel les données épidémiques de chaque quartier et de réserver des consultations en ligne avec des médecins.  Les services de télémédecine de Ping’an, JD et Alibaba ont également connu un pic d’utilisation.

Evolution de la livraison de nourriture

Mais contre toute attente, certains secteurs qui semblaient pouvoir tirer de nombreux bénéfices de cette crise doivent muter pour en profiter. Le secteur de la livraison de nourriture doit évoluer pour limiter les inquiétudes liées au déplacement de coursiers en contact avec de nombreuses personnes, potentiellement malades.

D’après Bloomberg, Meituan et Ele.me d’Alibaba, qui contrôlent 90% du marché, ont refusé de commenter la santé de chaque travailleur mais ont souligné les mesures qu’ils prennent pour protéger les coursiers et les clients. Meituan a par exemple introduit un service dans 184 villes afin que la nourriture soit déposée dans une station de collecte sécurisée et que les clients n’aient aucun contact direct avec les livreurs. Ele.me a mis en place le même système dans certaines villes. Les deux sociétés demandent aux coursiers de porter des masques, de désinfecter régulièrement leurs boîtes de livraison et de prendre leurs températures quotidiennement.

Les deux sociétés se battent pour répondre à ces problématiques sanitaires car les fermetures actuelles des écoles et des entreprises représenteraient une réelle aubaine si elles arrivent à rassurer les consommateurs. Mais de nombreux complexes immobiliers auraient d’ores et déjà bloqué l’accès aux livreurs. 

Le commerce électronique étonnamment touché

Le commerce électronique, bien que fortement sollicité par les Chinois en raison de la fermeture des magasins physiques, connait également une problématique : la livraison. Les produits d’ores et déjà fabriqués et commandés ont peu de chance d’atteindre leur destinataires dans les temps impartis. Les plateformes de commerce électronique chinois telles qu’Alibaba et JD.com embauchent des milliers de travailleurs temporaires pour répondre à la forte demande.

Il en est de même pour la production qui est aussi problématique puisque de nombreuses usines sont actuellement fermées. Alibaba a lancé un site Web dédié, Global Direct Sourcing, pour mettre en avant les équipements et les biens avec une forte demande et dont le site est à la recherche de fournisseurs.

L’électronique grand public concerné

Les grandes entreprises technologiques sont également touchées par la fermeture des usines en Chine. En effet, les usines de Foxconn et d’Apple sont toujours fermées. Foxconn a même révisé sa prévision de croissance des ventes en 2020, anticipant une progression comprise entre 1% et 3% contre une fourchette de 3% à 5% attendue avant l’apparition du virus.

De son côté, Apple a dû exceptionnellement retarder la commercialisation de son nouvel iPhone. Nintendo a également annoncé des retards de production de la Switch qui est assemblée en grande partie en Chine. Selon le cabinet Strategy Analytics, les ventes de smartphones vont baisser de 2% dans le monde en 2020 par rapport aux prévisions antérieures et de 5% en Chine à cause du coronavirus. 

Tags

Laetitia Lienhard

Journaliste chez FW - DECODE MEDIA Pour contacter la rédaction : redaction.frenchweb@decode.media
Le coronavirus redistribue les cartes de la Tech chinoise
Coronavirus: Edouard Philippe envisage une app qui localiserait les personnes infectées
Utilisation des données de santé : la sécurisation comme pré-requis
Coronavirus: la téléconsultation médicale en plein boom depuis le confinement
L’addiction aux jeux vidéo est-elle vraiment une maladie mentale?
Télécoms: les opérateurs américains T-Mobile et Sprint ont enfin fusionné pour rivaliser avec Verizon et AT&T
WeWork: SoftBank renonce à son OPA de 3 milliards de dollars
Copy link