ActualitéRetail & eCommerce

Le e-commerce pourrait peser 370 milliards de dollars aux Etats-Unis en 2017

Selon les derniers chiffres publiés par Forrester, les ventes en ligne aux Etats-Unis pourraient enregistrer une hausse de 13% cette année pour atteindre 262 milliards $, contre 231 milliards $ en 2012.

forrester-retail-sales-fore

Avec une croissance annuelle moyenne estimée à 9%, le e-commerce pourrait représenter 10% des ventes globales aux Etats-Unis et passer le cap des 370 milliards $ à l’horizon 2017.

Selon le cabinet d’étude, cette croissance s’expliquerait notamment par la démocratisation des smartphones mais également des tablettes, sur lesquelles les cyber-acheteurs actuels passent de plus en plus de temps.

Parallèlement, en Europe, les ventes en ligne pourraient connaître une croissance annuelle moyenne de 11% et passer ainsi de 112 milliards $ en 2012 à 191 milliards $ en 2017. Au Royaume-Uni, le e-commerce représente d’ores et déjà 13% des ventes globales. Un score qui pourrait passer la barre symbolique des 15% en 2017, contre 7% pour l’Hexagone.

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

2 commentaires

  1. Voici une croissance qui pourrait laisser rêveur de nombreux états dans le monde…
    L’E-commerce a un bel avenir devant lui et ne va pas connaître encore la crise.

  2. D’accord avec bluepaid. Ce chiffre n’est pas étonnant et les société qui n’y passent pas risquent gros!

Bouton retour en haut de la page
Le e-commerce pourrait peser 370 milliards de dollars aux Etats-Unis en 2017
En 2021, la Cnil sera plus attentive à la sécurité des données personnelles confiées aux entreprises
Marketing: comment trouver des talents pour sa campagne publicitaire?
Désinformation sur les vaccins: Twitter bloquera les utilisateurs au bout de cinq rappels à l’ordre
Zoom: propulsée par le confinement, l’app de visioconférence se prédit un bel avenir
Le réseau social conservateur Gab piraté par des hackers militants
[Next40] Transformation des entrepôts: comment Exotec mise sur toujours plus de « logiciel »