ActualitéBusinessMarketing & Communication

Un prince saoudien injecte 300 millions de dollars dans Twitter !

300 millions de dollars. C’est la somme que vient d’investir le prince Al-Walid Talal, à la tête du groupe Kingdom Holding, dans le site de microblogging Twitter.

Cité par l’AFP, le prince Al-Walid, neveu du roi Abdallah d’Arabie saoudite, explique : « Notre investissement dans Twitter réaffirme notre capacité à identifier les opportunités d’investissement dans les entreprises à forte croissance ayant un impact mondial ».

Depuis son lancement en 2006, Twitter aurait ainsi levé plus de 1 milliard de dollars.

Selon une récente étude de Semiocast, la présence de la langue arabe sur Twitter aurait fortement progressé en l’espace d’un an. Au total, en 2011, 2M de tweets en Arabe auraient été postés chaque jour, contre 99 000 tweets quotidiens l’année précédente. Fort de cette fulgurante croissance, l’Arabe figurerait comme la 8ème langue la plus parlée sur la plateforme de microblogging. Une position qui ne lui confère toutefois que 1,2 % du volume global des tweets publics.

Pour rappel, le groupe Kingdom Holding a déjà investi à de nombreuses reprises dans le secteur des médias, à l’image du groupe News Corp, mais également dans Apple.

Twitter revendique plus de 100M d’utilisateurs actifs.  

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Un prince saoudien injecte 300 millions de dollars dans Twitter !
Brevets télécoms: Ericsson et Samsung règlent un important litige
Bill.com rachète la startup Divvy pour 2,5 milliards de dollars afin de gérer les dépenses des PME
Facebook
Facebook: la suspension de Donald Trump relance le débat de l’auto-régulation des réseaux sociaux
Bouygues Telecom
5G: Bouygues Telecom va recevoir 350 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement
Twitter
Twitter lance une « boîte à pourboires » pour fidéliser les influenceurs
[BOOTSTRAP] Comment les entreprises qui bootstrappent s’adaptent elles à la crise?