ActualitéChiffres Cles

Les mobinautes ne sont toujours pas prêts à payer pour des applications

Ce constat est tiré du dernier rapport du spécialiste des applications Flurry, qui met en évidence l’augmentation de la proportion des applications gratuites.

Flurry, fournisseur de statistiques sur les applications mobiles, vient de publier un nouveau rapport, concernant l’évolution de leur prix.

D’après ce rapport, réalisé à partir de 350 000 applications, 90% des applications iOS sont gratuites, contre 80 à 84% entre 2010 et 2012. Toutes ces applications fondent leur modèle économique soit sur la publicité, soit en permettant aux mobinautes de faire des achats, ou en proposant une version premium payante (qui permet généralement d’échapper aux publicités).

Toutefois, peu d’utilisateurs sont encore prêts à payer pour avoir accès à des fonctionnalités premium, une tendance plus marquée chez les utilisateurs d’Android que chez les possesseurs d’un iPhone ou d’un iPad. Le prix moyen des applications Android atteint seulement 5 centimes d’euros (en comptant les gratuites), contre respectivement 15 et 37 centimes pour les applications iPhone et iPad.

D’après Flurry, cette différence peut être due aux revenus plus élevés des possesseurs de l’iPad, mais aussi aux investissements plus lourds des développeurs dans ces applications pour grand écran.

Enfin, l’étude constate que l’écosystème des applications «ressemble de plus en plus à la télévision, à la radio et à Internet», en ce sens que les publics préfèrent avoir accès à un contenu gratuit accueillant des publicités, plutôt que de payer pour ce même contenu sans publicités.

Crédit photo: Shutterstock, des millions de photos, illustrations, vecteurs et vidéos

Tags

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

  1. Entre la publicité et l’achat, il y a le modèle freemium qui est un bon compromis pour ceux qui veulent tester, avant un éventuel achat. Pour déclencher l’achat d’une application sur mobile, il faut vraiment que la valeur ajoutée soit très forte.

Les mobinautes ne sont toujours pas prêts à payer pour des applications
Lutte contre les infox : le CSA demande plus d’efficacité et de transparence aux réseaux sociaux
Coronavirus : Orange limite la casse au premier semestre
Kiosques en ligne : Cafeyn s’offre le Néerlandais Blendle pour devenir un champion européen
Samsung: le confinement propulse le bénéfice net du groupe à près de 4 milliards d’euros
Mode : une course à la digitalisation nécessaire
Malgré Trump, Huawei devient le numéro un mondial des smartphones
Copy link