ActualitéArts et Culture

Baisse des abonnés entrants : Netflix chute de 25% en Bourse

Séance agitée pour Netflix en Bourse jeudi. Le titre a dévissé de près de 25% hier. En cause : la plus faible croissance du nombre de nouveaux abonnés annoncés. Sur les trois derniers mois de l’année, le service de vidéo à la demande n’a enregistré que 980 000 nouveaux abonnés sur le territoire américain, soit moins que les 1,3 million attendus, laissant entrevoir une très forte élasticité-prix de la demande.

Le groupe avait en effet augmenté son tarif mensuel de 1 dollar afin de financer son expansion internationale. Au niveau mondial, la société affiche 3 millions de nouveaux abonnés sur le trimestre, contre 2 millions les trois mois précédents, grâce à son implantation dans six nouveaux pays européens.

Arrivée de HBO

Mais un autre élément a aussi amplifié le mouvement sur les marchés : l’annonce de HBO de vouloir lancer un service similaire à Netflix. La chaîne de télévision américaine, filiale de Time Warner, est l’un des plus gros producteurs de séries télévisées. Elle est notamment à l’origine de Game of Thrones et Les Sopranos. Un concurrent potentiellement bien plus sérieux qu’Amazon Prime Instant Video.

Au final, Netflix a dégagé un chiffre d’affaires à 1,22 milliard de dollars, contre 884 millions il y a un an à la même période, pour un bénéfice net de 59 millions de dollars au troisième trimestre, contre 32 millions un an plus tôt.

Bouton retour en haut de la page
Baisse des abonnés entrants : Netflix chute de 25% en Bourse
Dans les coulisses de l’Executive Master de l’Ecole Polytechnique, l’une des plus prestigieuses écoles scientifique française
[DECODE Quantum] A la rencontre de Jean-François Morizur et Nicolas Treps, fondateurs de Cailabs
[SEED] Unlimitd lève 5 millions d’euros pour sa plateforme de financement, alternative à la levée de fonds
Le cloud, accélérateur de votre transformation numérique
E-commerce: comment la startup Stockly veut en finir avec les ruptures de stock
[SEED] Retail : askR.ai lève 1,5 million d’euros pour déployer son coach virtuel en France