ActualitéArts et Culture

Baisse des abonnés entrants : Netflix chute de 25% en Bourse

Séance agitée pour Netflix en Bourse jeudi. Le titre a dévissé de près de 25% hier. En cause : la plus faible croissance du nombre de nouveaux abonnés annoncés. Sur les trois derniers mois de l’année, le service de vidéo à la demande n’a enregistré que 980 000 nouveaux abonnés sur le territoire américain, soit moins que les 1,3 million attendus, laissant entrevoir une très forte élasticité-prix de la demande.

Le groupe avait en effet augmenté son tarif mensuel de 1 dollar afin de financer son expansion internationale. Au niveau mondial, la société affiche 3 millions de nouveaux abonnés sur le trimestre, contre 2 millions les trois mois précédents, grâce à son implantation dans six nouveaux pays européens.

Arrivée de HBO

Mais un autre élément a aussi amplifié le mouvement sur les marchés : l’annonce de HBO de vouloir lancer un service similaire à Netflix. La chaîne de télévision américaine, filiale de Time Warner, est l’un des plus gros producteurs de séries télévisées. Elle est notamment à l’origine de Game of Thrones et Les Sopranos. Un concurrent potentiellement bien plus sérieux qu’Amazon Prime Instant Video.

Au final, Netflix a dégagé un chiffre d’affaires à 1,22 milliard de dollars, contre 884 millions il y a un an à la même période, pour un bénéfice net de 59 millions de dollars au troisième trimestre, contre 32 millions un an plus tôt.

Olivier Harmant

Journaliste chez FrenchWeb - DECODE.MEDIAPour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Baisse des abonnés entrants : Netflix chute de 25% en Bourse
Cloud gaming: après Google et Amazon, Facebook se lance sur ce marché à un demi-milliard de dollars
E-commerce: Google et Temasek prêts à investir 350 millions de dollars dans Tokopedia
4 logiciels de paie pour bien gérer votre entreprise et vos RH
Qui était Lee Kun-hee, le président de Samsung à l’origine d’un empire international ?
FoodTech: comment la restauration d’entreprise innove face à la crise
Formation des collaborateurs: comment éviter «l’obsolescence programmée de la connaissance»?