ActualitéBusinessTech

Mootwin, plateforme de services mobiles pour les banques, lève 4 millions d’euros

Selon Les Echos, Mootwin, start-up spécialisée dans le développement d’applications mobiles, devrait annoncer aujourd’hui une seconde levée de fonds de 4M €, auprès de Naxicap Partners Création, de Seventure Partners et de ses actionnaires historiques.

Fondée en février 2008, la jeune pousse propose une plateforme de développement d’applications. Spécialisée dans les solutions en temps réel, Mootwin s’adresse spécifiquement aux institutions financières, afin que celles-ci puissent construire « des services mobiles performants et interconnectés à leurs systèmes informatiques ».

Cette augmentation de capital doit permettre à Mootwin de développer son équipe commerciale, de renforcer son activité de marketing et d’accélérer son déploiement  à l’international. La start-up a déjà ouvert des filiales à Francfort et à San Francisco l’été dernier, ainsi qu’un bureau à New-York. Elle disposait déjà de bureaux en région parisienne et à Grenoble.

Fort de 23 collaborateurs, Mootwin vise un CA de 1,2M € pour 2011 contre 450 000 € en 2010. Selon Claude Lemardeley, Présidente de la société, citée dans Les Echos : « La rentabilité devrait être au rendez-vous en septembre prochain. »

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.

Un commentaire

Bouton retour en haut de la page
Mootwin, plateforme de services mobiles pour les banques, lève 4 millions d’euros
Brevets télécoms: Ericsson et Samsung règlent un important litige
Bill.com rachète la startup Divvy pour 2,5 milliards de dollars afin de gérer les dépenses des PME
Facebook
Facebook: la suspension de Donald Trump relance le débat de l’auto-régulation des réseaux sociaux
Bouygues Telecom
5G: Bouygues Telecom va recevoir 350 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement
Twitter
Twitter lance une « boîte à pourboires » pour fidéliser les influenceurs
[BOOTSTRAP] Comment les entreprises qui bootstrappent s’adaptent elles à la crise?