ActualitéBusinessEuropeTech

Mounir Mahjoubi veut des propositions contre l’addiction aux écrans

Paris, 26 juillet 2018 (AFP)

Le secrétaire d’Etat au numérique Mounir Mahjoubi, qui a lui-même supprimé l’application Facebook de son smartphone, veut lutter contre l’addiction aux écrans, a-t-il indiqué jeudi. Cette addiction sera l’un des sujets sur lesquels vont plancher les Etats généraux des nouvelles régulations numériques, qu’il a ouvert jeudi à Paris, et qui rassemblent notamment représentants de l’Etat, parlementaires, régulateurs, et Conseil national du numérique, a-t-il expliqué devant la presse.

« Aujourd’hui on a de plus en plus de personnes qui ont des comportements addictifs vis-à-vis des écrans« , a expliqué M. Mahjoubi. « Il est important (…) qu’on puisse savoir s’il faut réguler, faire des recommandations », a-t-il souligné. Ces addictions croissantes sont un constat « que tous les parents de France et d’Europe font, que toutes les entreprises font vis à vis de leurs salariés, que toutes les administrations font vis à vis de leurs agents publics« .

Science de l’attention

« Aux Etats-Unis, il y a même une science de l’attention, avec des gourous qui appellent à une décontamination du cerveau de tous les nudges (incitations psychologiques) de stimulation de l’attention des différentes applications« , a-t-il expliqué. Lancés jeudi à Paris, les Etats généraux doivent permettre de poser un cadre général de régulation des géants du numérique, « qui (…) soulèvent aujourd’hui des problématiques de contrôle démocratique et de risque en cas de dysfonctionnement« , selon le secrétariat d’Etat. Ils doivent définir une vision française, sur laquelle le gouvernement voudrait ensuite s’appuyer pour fédérer d’autres Etats européens et parvenir à tracer une « feuille de route » pour la prochaine mandature européenne issue des élections de 2019.

Parmi les autres question « urgentes » à aborder au niveau européen, le secrétaire d’Etat au numérique a cité en priorité le retrait des contenus haineux sur les grandes plateformes internet. « Si la prochaine Commission européenne ne fait pas quelque chose (…) chaque pays va sortir sa législation nationale, c’est ridicule« , a indiqué le secrétaire d’Etat.

Tags
Plus d'infos

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This
Fermer