ActualitéBusinessFinTech

Paiement mobile: les applications Vipps, MobilePay et Pivo fusionnent pour former un géant européen

AFP

Les applications nordiques de paiement sur mobile Vipps (Norvège), MobilePay (Danemark) et Pivo (Finlande) ont annoncé mercredi leur fusion, créant l’un des plus grands « fournisseurs de paiement mobile en Europe », pour un montant non communiqué. La nouvelle entité va employer quelque 500 personnes et siéger à Oslo, en Norvège, sous la direction de Rune Garborg, l’actuel PDG de Vipps.

«La fusion nous donnera la compétitivité dont nous avons besoin»

« Au service de 11 millions d’utilisateurs et de plus de 330 000 magasins et boutiques en ligne, la société sera l’un des plus grands fournisseurs de paiements mobiles appartenant à des banques en Europe », a déclaré Danske Bank, qui exploite MobilePay, dans un communiqué. Ces applications permettent aux utilisateurs de payer des biens et des services à l’aide de leur téléphone ou de transférer rapidement de l’argent à d’autres utilisateurs de l’application.

« Pour être compétitifs sur le marché mondial des paiements, nous devons avoir un impact plus important, et la fusion nous donnera la compétitivité dont nous avons besoin », a souligné Rune Garborg. La fusion doit encore être soumise à l’approbation des autorités réglementaires pour un accord final attendu « au cours du second semestre 2021 ou début 2022 ».

La rédaction

Pour communiquer sur FrenchWeb ou le Journal des RH, devenez partenaire, cliquez ici.
Bouton retour en haut de la page
Paiement mobile: les applications Vipps, MobilePay et Pivo fusionnent pour former un géant européen
RGPD: Amazon fait appel de son amende de 746 millions d’euros en Europe
NFT: avec « Sotheby’s Metaverse », la célèbre maison de vente aux enchères s’installe durablement dans le secteur
OVHcloud: le champion français entre en Bourse pour une valorisation à 3,5 milliards d’euros
FinTech : PaySika, une néobanque à la conquête de l’Afrique francophone
Pourquoi Microsoft va-t-il fermer LinkedIn en Chine?
Cyberattaque: face aux rançongiciels, les acteurs de la cybersécurité veulent contre-attaquer