ActualitéBusinessFinTechFoodTechRetail & eCommerce

Payer son addition en moins de 10 secondes, c’est le pari des fondateurs de Big Mamma avec Sunday

Interview de Victor Lugger, co-fondateur de Big Mamma et Sunday

«On a peut-être créé une licorne alors qu’on était en train de crever», déclarait Tigrane Seydoux sur la scène de Bpifrance Inno Generation le 1er octobre 2020 à l’Accor Arena de Paris. Par ses mots, le co-fondateur de la chaîne de restaurants italiens Big Mamma évoquait son nouveau projet : Sunday. Derrière ce nom, se cache une solution de paiement dédiée à la restauration avec une ambition simple : «permettre aux clients de payer leur addition en moins de 10 secondes».

Pour ce faire, Tigrane Seydoux et Victor Lugger, les créateurs de Big Mamma, avec l’appui de Christine de Wendel, passée par Zalando et ManoMano, ont misé sur le QR code, technologie quasiment tombée aux oubliettes qui s’offre une renaissance spectaculaire en pleine crise du coronavirus. Et pour cause, avec le QR code, pas de contact. Il suffit de le scanner avec l’appareil photo de son smartphone pour ouvrir une web app. Dans le cas de Sunday, cela permet de voir le menu, de régler son addition et même de laisser un pourboire.

Victor Lugger nous raconte la naissance de ce projet et ses ambitions :

D’une simple solution interne à une véritable start-up

Avant de devenir une véritable start-up, Sunday était avant tout une initiative de Big Mamma pour réduire les risques de contamination dans ses restaurants à cause de la pandémie de Covid-19. Mais il s’est avéré que cette solution avait bien plus de potentiel que Tigrane Seydoux et Victor Lugger ne l’imaginaient. «Au bout de trois mois, 65% des gens à Londres, à Paris, en province, et en Espagne payaient avec Sunday. On a regardé les statistiques, et on s’est rendu compte que les tables tournaient 15 minutes plus vite et que nos serveurs gagnaient entre 30% et 50% de leur temps. Pendant ce temps-là, ils chouchoutent les clients, ils les conseillent, ils les accueillent. Les pourboires ont augmenté de 40% à 100%», explique Victor Lugger.

Après cette phase de tests dans 14 restaurants Big Mamma dans trois pays l’an passé, les deux acolytes comprennent qu’ils tiennent là une sacrée pépite entre leurs mains. En novembre 2020, ils décident de faire de Sunday une spin-off de Big Mamma pour proposer leur solution aux autres restaurateurs. Le lancement officiel intervient fin janvier 2021 et les investisseurs sont au rendez-vous pour mettre sur orbite le projet.

Avec Sunday, il suffit de scanner un QR code sur la table pour voir le menu, régler l’addition et même laisser un pourboire. Crédit : Sunday.

Un premier tour de table de 20 millions d’euros

En effet, Tigrane Seydoux et Victor Lugger ont réussi à lever 20 millions d’euros auprès du fonds américain Coatue Management et du nouveau fonds d’amorçage européen New Wave, co-fondé par Jean de La Rochebrochard, qui gère également Kima Ventures, le fonds de Xavier Niel. Le patron de Free, à l’origine de Station F qui héberge le restaurant La Felicità de Big Mamma, figure d’ailleurs parmi les business angels soutenant Sunday, aux côtés d’autres grands noms comme l’homme d’affaires Olivier Bertrand, fondateur du groupe de restauration Bertrand (Burger King, Hippopotamus…). Ce premier tour de table en seed doit permettre de déployer Sunday en Europe (France, Espagne et Royaume-Uni), mais aussi aux États-Unis. C’est d’ailleurs Christine de Wendel qui pilote le développement du service sur le marché américain.

L’arrivée de cette nouvelle solution arrive à point nommé pour les restaurateurs puisque les terrasses vont enfin faire leur retour en France. Et en quête de solutions pour maximiser les rotations de leurs tables et économiser des frais bancaires, ils pourraient bien être tentés d’utiliser Sunday. Certains ont déjà franchi le pas, à l’image de PNY et d’Eataly, ou encore des établissements d’Eric Frechon. Mais Sunday pourrait être la porte d’entrée vers des usages plus larges selon Victor Lugger : «Ça commence par un système de QR code qui permet de payer au restaurant, mais le potentiel est infini. Le potentiel, c’est celui d’une super-app du brick and mortar qui permet de payer, de commander, de faire du click and collect, du scan and go, de gérer la fidélité… Aujourd’hui, on commence humblement à faire ce qu’on sait faire, à savoir le moyen de paiement le plus rapide au monde au restaurant. Si on y arrive, on fera ça à l’hôtel où il suffira de scanner un QR code sur la porte, et le client pourra payer et partir avant même d’atteindre l’ascenseur. La problématique du check-out à l’hôtel est exactement la même.»

Entre Sunday, cette solution de paiement express, et Napoli Gang, le service de livraison de Big Mamma lancé l’été dernier (1 million de pizzas livrées dans 3 pays ), l’année a été riche en défis et en innovations pour Tigrane Seydoux et Victor Lugger. Malgré tout, les deux entrepreneurs n’ont qu’une impatience : retrouver leurs clients dans leurs restaurants. Cela tombe bien, les terrasses rouvrent en France ce 19 mai avant l’intérieur des restaurants le 9 juin prochain.

Victor Lugger prévient : «Ça va être la folie cet été !»

Bouton retour en haut de la page
Payer son addition en moins de 10 secondes, c’est le pari des fondateurs de Big Mamma avec Sunday
Le fonds Andreessen Horowitz lance Future, son propre média dédié à la technologie
Face à Spotify, Apple se lance officiellement sur le marché du podcast payant
Allemagne: Angela Merkel inaugure le premier ordinateur quantique d’IBM en Europe
Shopify, Sequoia, Silver Lake… : les investissements se multiplient chez Stripe avant son IPO
AgTech: Hectar dispensera des formations sur l’IA aux étudiants de l’école 42
Cloud gaming: Amazon étend Luna à tous les abonnés de Prime aux États-Unis