ActualitéInvestissementsLes levées de fondsRetail & eCommerce

Planetveo lève 15 millions d’euros et vise 60 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013

Cette augmentation de capital porte le montant total des fonds levés à 18,5 millions d’euros. 

Positionnée sur le secteur du e-tourisme depuis 2007, la société Planetveo vient de finaliser un tour de table conséquent de 15 millions d’euros auprès d’Iris Capital et du fonds Gimv.

Dirigé par Geoffroy de Becdelievre, Planetveo se présente comme un spécialiste du voyage sur-mesure et propose près de 50 destinations « travaillées » par des conseillers voyage. Chaque pays fait l’objet d’un site dédié, à l’instar de Chineveo, Australiaveo, ou encore Peruveo. Le modèle repose sur la vente sans intermédiaire avec un prix de vente moyen se situant autour de 8500 – 9000 euros.

Après avoir atteint le seuil de rentabilité en 2011, la société revendique un chiffre d’affaires 2012 de plus de 40 millions d’euros, soit une croissance annuelle supérieure à 80%. Fort de ce trends, Planetveo emploie actuellement près de 170 personnes et table sur un chiffre d’affaires 2013 de 60 millions d’euros, au minimum.

Cette augmentation de capital porte le montant global des fonds levés par le spécialiste du e-tourisme à 18,5 millions d’euros. Planetveo avait, en effet, précédemment finalisé deux levées de fonds de 2,5 millions et 1 million d’euros auprès d’Alven Capital. S’il reste toujours au capital, l’actionnaire historique de la société a toutefois profité de cette opération pour réduire sa participation.

Vers une stratégie de croissance externe ?

« Cela fait près d’un an que nous travaillons sur ce tour de table et les fonds levés seront d’abord alloués au développement technologique de notre plateforme et de nos outils CRM », précise Geoffroy de Becdelievre.

L’accent sera également porté sur le marketing, avec une logique multicanal. La partie RH sera, elle aussi, privilégiée avec un rythme de recrutement de 10 nouveaux collaborateurs par mois. Denier axe de développement : l’international. « Nous allons d’abord nous focaliser sur les marchés francophones, mais nous regardons également de près l’Amérique du Sud ». Planetveo entend également renforcer son positionnement sur le marché français où ses concurrents restent, pour l’essentiel, des acteurs traditionnels : « La plateforme Splendia s’adresse effectivement à la même cible que nous mais ne propose que des nuits d’hôtel alors que nous proposons une offre globale comprenant également les transports et des activités singulières »

Bénéficiant d’un belle croissance organique, malgré un ralentissement de la dynamique du marché global, Planetveo n’exclut pas de s’orienter vers des opérations de croissance externe. « Nous serons opportunistes », lâche Geoffroy de Becdelievre. « Si quelques sociétés présentent certaines complémentarités, nous n’hésiterons pas à regarder les dossiers » conclut-il.

En décembre 2011, Frenchweb rencontrait Geoffroy de Becdelievre, CEO de Planetveo : 

Tags

La rédaction

Pour contacter la rédaction, cliquez ici / Devenez "la start-up de la semaine" : faites vous connaitre! / Ajoutez un événement à notre agenda: cliquez ici

4 commentaires

  1. Il est difficile de croire que Planetveo soit rentable. L’entreprise se donne des airs de start-up mais son modèle est tout ce qu’il y a de plus classique dans l’univers du voyage sur mesure. Leurs sites ne sont même pas transactionnels. Ce ne sont que des sites vitrine. Les seules particularités de l’entreprise sont d’avoir levé beaucoup de cash pour financer les recrutements de conseillers voyage, et l’optimisation du référencement naturel online grâce à une armée mexicaine localisée en chine et qui passe son temps à optimiser le backlinking. Il faudra effectivement qu’ils avancent côté techno pour durer.

    1. Pasnetveo 
      Bonjour cher anonyme, 
      Vous sembiez douter que Planetveo soit rentable sans réellement donner d’arguments pour justifier cela ? Pour info nos comptes sont publiques et montrent bien la rentabilité du modèle, soyez donc rassuré.
      Planetveo fonctionne sur le modèle du ROPO (Research Online, Purchase OffLine). Nous avons fait ce choix, car nos voyages sont entièrement personnalisables et le voyageur bénéficie des conseils d’un spécialiste de la destination pour adapter les suggestions disponibles sur le site internet à ses envies ou même partir d’une feuille blanche…
      Il est vrai que nous sommes bien référencés et que d’avoir un site par destination avec un contenu riche sur chacune d’entre elle nous y aide pour beaucoup.
      Nous avons bien un bureau en Chine, lieu où l’idée de la société a germé (au début pour vendre la destination Chine uniquement). La société française a été créée en 2008 et depuis 160+ emplois ont été créés en France.
      Au plaisir, d’échanger avec vous, peut être sous votre vraie identité la prochaine fois ?
      Jean,
      Planetveo.com

  2. Désolé de contredire Pasnetveo, j’ai commandé 3 voyages chez USAVEO et ce qui m’a séduit c’est le dynamisme et le professionalisme des conseillers, qui au passagae parlent tous le français sans accent. Comparativement, ils sont 15 % plus chers que leur concurrents purement online mais qualitativement il n’y a rien a voir.
    Avantage : on ne paie rien en ligne mais après réception d’un bon de commande regroupant l’ensemble des prestations, un document clair et précis. Je ne pense pas qu’il faille ajouter de la technologie pour être rentable, leur valeur ajoutée est LE SERVICE ET LE CONSEIL.
    Pour ce qui du bussness modèle, je pense que je fais partie de la majorité de leurs clients (35-55 ans, profession intermédiaire, 2 enfants, revenus entre 50 et 100 000 €/ an.

  3. PlanetVeo est juste destination frais pour moi. Je n’ai jamais entendu parler avant. Mais les informations que je recueille auprès de vous sur cette belle terre est tout simplement wow! Je vais sûrement faire un court voyage avec ma femme.

Planetveo lève 15 millions d’euros et vise 60 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013
Airbnb double ses pertes, mauvais indicateur avant l’IPO de 2020?
Les offres d’emploi de la semaine
Libra: le G7 exige un cadre juridique
Veepee s’offre la startup Scalia pour unifier ses données produits
[Webinar] E-commerce: les bonnes pratiques pour réussir son Black Friday
Pour faire face à Netflix, Apple explose son budget de production de contenus
Copy link